Publié dans PLIB 2022, Post-apocalyptique, Science-fiction, Young Adult

Félicratie – Hélène Lenoir #PLIB2022

De quoi ça parle ?

«Je m’appelle Yacine, j’ai 16 ans et mon boulot, c’est animal domestique pour extra-terrestres. Parce qu’ils ont gagné, ces couillons. Ils ont envahi la Terre. Et comme leur seul point faible, ce sont les poils de chat, ben croyez-moi qu’on n’a pas le cul sorti des ronces.»

Suivez les aventures post-apocalyptiques de Yacine, Rose, Diego et leurs cinq adorables chats armes mortelles à travers les égouts de Paris, la forêt de Sologne et l’espace suborbital ! Sauveront-ils la planète des terribles Smnörgasiens ? Yacine retrouvera-t-il sa dignité et un pantalon digne de ce nom ? Diego avouera-t-il être – comme tout le monde le soupçonne – un assassin professionnel ? Rose deviendra-t-elle encore plus badass qu’elle n’est déjà ? Seul l’avenir répondra à ces questions existentielles…

Et c’est bien ?

Besoin d’une aventure tumultueuse et de fun ? Lisez Félicratie ! Déjà avouez, des chats et une invasion extra-terrestre, ça vend du rêve. En tout cas moi, je signe direct, et je n’ai pas regretté.

Félicratie, c’est le récit de deux ado ; Yacine, môme de la DDASS au parler franchement relâché, adopté par « Linda et Robert », les deux extra-terrestres qui en ont fait son animal de compagnie. La lubie de ces extra-terrestres ? Coiffer leur humain, et les vêtir de pyjamas en pilou. Désabusé, Yacine nous livre ses pensées blasées sur son quotidien. Le second ado, c’est Rosamonde, dite « Rose », qui va le rejoindre, capturée après des mois de planque, et qui peine à s’adapter à la vie en captivité.

Si les premiers chapitres commencent comme une parodie de films et séries de SF – clins d’oeil est facéties au programme, Félicratie est vraiment un livre dont on sort avec la banane – , l’autrice a aussi su en faire un récit d’aventure où l’ascenseur émotionnel est bien présent. On rit, on a le bide serré, on s’émeut. Empruntant beaucoup aux classiques du genre, on croisera des ingrédients du road-trip post-apo, du film d’invasion, de séries de space op…

La parodie n’empêche pas le développement d’une histoire et de personnages de qualité, sous une plume qui se mue parfaitement au parler de chacun. Yacine, sous son parler vulgaire, devient très vite un personnage touchant, fin, plein d’humour, empathique. Rose est un personnage féminin comme j’aime, ni Lara Croft qui éclate tout, ni princesse cul-cul, juste une jeune femme avec son vécu.

Les autres personnages ne sont pas en reste, que ce soient Diego le Caïd (en pilou) ou Nadette la survivor et son chien Croquette. Les militaires ont aussi quelque chose de touchant sans que l’on tombe dans le bouquin militariste. L’autrice joue et déjoue très bien les stéréotypes et clichés qui pourraient surgir de ce genre de récit.

Les procédés narratifs m’ont également beaucoup plu, notamment la façon dont Yacine commence par ce qui leur est déjà arrivé, par la fin, avant de dérouler ce qui c’est passé, et l’autrice qui ménage parfaitement son suspens. Ce récit vient parfaitement illustrer ma position sur les « spoilers » : même si on connaît la fin, quand on un bon auteur, une bonne histoire, ce n’en est que plus émoustillant de découvrir ce qui va conduire au point d’arrivée. Quel intérêt si tout le sel de l’histoire ne réside que dans sa résolution ?

En résumé, une excellente aventure, pleine de facéties et de clins d’oeil, qui offre une aventure prenante, des personnages variés et développés, le tout servi par un style maîtrisé et fort plaisant. Un ouvrage à lire si vous aimez les films et séries de SF geek, les chats, l’humour. Et une autrice à suivre en ce qui me concerne.

Note : 5 sur 5.

Infos livre :
Editeur : Sarbacane
Année d’édition : 2021
#ISBN9782377315970

Publié dans Fantasy, Science-fiction, Steampunk

Les tambours du dieu noir, suivi de L’étrange affaire du djinn du Caire – P. Djèli Clark

De quoi ça parle ?

Louisiane. Années 1880. Tandis qu’une guerre de Sécession interminable démantèle les États-Unis d’Amérique, un complot menace La Nouvelle-Orléans, territoire indépendant libéré de l’esclavage, au cœur duquel les Tambours du dieu noir, une arme dévastatrice jalousement gardée, attisent les convoitises. Il faudra tout le courage et la ténacité de Jacqueline « LaVrille » – jeune pickpocket qui rêve de découvrir le monde –, ainsi que la magie ancestrale des dieux africains qui coule dans ses veines, pour se faire entendre et éviter le désastre.

Le Caire. 1912. Depuis une cinquantaine d’années, les djinns vivent parmi les hommes et, grâce à leur génie mécanique, l’Égypte nouvelle s’est imposée parmi les puissants. Ce qui ne va pas sans complications… Pour preuve l’étrange affaire du djinn du Caire, que se voit confier Fatma el-Sha’arawi – agente du ministère de l’Alchimie, des Enchantements et des Entités surnaturelles – quand un djinn majeur est retrouvé mort. Suicide ? Trop évident. C’est une machination diabolique que Fatma va mettre au jour.

Plongée à nouveau dans l’univers de Phenderson Djèli Clark à travers deux textes aux atmosphères foncièrement différentes.

Celle du premier texte, sombre, pluvieuse, convoque un univers façon bayou, où la magie des dieux et déesses yoruba a suivi les descendants d’esclaves. Les deux héroïnes valent vraiment le détour (d’ailleurs le traitement des femmes par l’auteur est toujours nickel), la mini-enquête aussi, et pour une fois, la narration à la première personne m’a parue justifiée et utile, d’autant plus intéressante que l’auteur y glisse du créole. Ce dernier point donnera peut-être du fil à retordre à certains lecteurs, mais franchement, ça ajoute un aspect très immersif. L’univers dans lequel on évolue est particulièrement réaliste et prenant.

Le second texte se passe en Egypte, uchronique aussi, sur les traces de Fatma el-Sha’arawi, enquêtrice chargée d’élucider la mort d’un djinn. Il s’agit du premier texte dans le cadre du ministère de l’Alchimie, des Enchantements et des Entités surnaturelles, que l’on retrouvera dans un autre ouvrage que j’avais également beaucoup apprécié, Le mystère du tramway hanté. Encore un personnage féminin que j’ai beaucoup apprécié, et encore une atmosphère très visuelle, parsemée de trouvailles fantasy-SF que j’ai beaucoup appréciées.

Uchronie, panthéons peu vus, utilisation intéressante de l’Histoire, originalité et personnages féminins qui valent le détours, voilà les éléments qui me plaisent chez l’auteur, que je compte bien suivre dans ses prochaines sorties. N’hésitez pas à le découvrir. Son premier roman Maître des djinns, vient de sortir chez l’Atalante.

Note : 5 sur 5.

Info livre :
Année de parution : 2021
Editeur : L’Atalante
ISBN 9791036000744

Publié dans PLIB 2022, Science-fiction, Service de presse

La dernière arche – Romain Benassaya #PLIB2022

De quoi ça parle ?

Dans la Mésopotamie des premiers âges, Shory, une jeune esclave, est vendue à un mystérieux individu nommé Atim, qui lui propose un marché : l’envoyer dans un fort, qu’elle devra protéger, en échange de sa liberté. Elle accepte et rejoint une étrange construction, entourée d’une forêt profonde. Elle y grandit, en compagnie d’autres rescapés, originaires de différentes périodes de l’histoire humaine. Tous ont rencontré Atim et se sont vu confier la mission de protéger le Fort. Ils se surnomment les Vigiles. Après onze années, Lena, une jeune femme originaire du XXIIème siècle, rejoint elle aussi le Fort. Contrairement aux autres Vigiles, elle n’a pas rencontré Atim, et veut à tout prix rentrer chez elle. Shory décide de l’aider. Au-delà de la forêt qui assiège le Fort, elles découvriront les réponses à nombre de leurs questions : où sont-elles vraiment ? Pourquoi le Fort doit-il être protégé ? Et quelle est leur véritable mission ?

Et c’est bien ?

Une lecture en demie teinte. La dernière arche propose un scénario d’une ambition assez folle, que l’on découvre au fur-et-à-mesure de l’histoire. Plusieurs personnages et fils narratifs se croisent pour former une fresque titanesque.

L’auteur fait le choix narratif d’un dézoom progressif qui révèle peu à peu au lecteur l’ampleur de l’histoire. Les différentes parties sont entrecoupées par des interludes qui viennent égrener des réponses au fur-et-à-mesure. Les reproches que j’ai à faire au texte tiennent très certainement en partie à ce choix de narration. Comme les informations sont distillées au compte-goutte, sur les trois premières parties, j’ai eu régulièrement le sentiment de croiser des incohérences et des personnages pas en phase avec ce qui nous en était dit. Pourtant, chacune de ces interrogations a trouvé réponse, mais je trouve dommage d’avoir sacrifié volontairement la crédibilité de l’ouvrage sur deux bons tiers, même avec ce que l’on découvre après.

Le choix de ce scénario et de ce schéma de narration ont entraîné à mon sens un deuxième problème : l’ensemble est tellement énorme que l’auteur en a oublié de caractériser ses personnages. J’ai eu énormément de mal à m’attacher aux personnages. Shory est un personnage fort et courageux, jusqu’à l’arrivée de Léna, à laquelle elle s’accroche de manière qui m’a paru assez improbable. Asceline, Keiji, Fati, autant de noms et de personnalités intéressantes, mais pour lesquelles je n’ai développé aucun affect. Les méchants eux aussi manquent d’envergure et ne semblent être plantés là que pour donner un peu le change.

Quand j’ai découvert le dernier tiers, je n’en ai éprouvé que plus de frustration. L’auteur essaie de mettre en place un scénario dont je peux difficilement parler sans spoiler. Sachez juste que j’ai trouvé ça extrêmement bien pensé. L’univers qui se profile a l’air très intéressant, la survenue du personnage de Sarah apporte des données qui ont vraiment donné un coup de fouet à mon intérêt jusque là mitigé. L’ensemble est décrit de manière très claire malgré la complexité. J’ai adoré découvrir les Jardiniers.

Malheureusement le soufflé est retombé avant la fin. Bien sûr, un scénario aussi dantesque ne pouvait pas forcément trouver résolution dans cet ouvrage. Néanmoins j’ai eu le sentiment que certains enjeux soulevés auraient mérité de trouver une conclusion. Au final on se recentre sur les enjeux Shory-Léna, plus banal et déjà biaisé par le sentiment de creux que j’ai eu jusque là envers les personnages. J’aurais apprécié que, quitte à oublier un peu les personnages aux profit du scénario, on s’attacher davantage à ce dernier. Cela m’a fait l’effet de renouer avec les défauts que je reprochais au début du livre, et c’est un peu dommage.

Néanmoins, je salue le travail de l’auteur. Il s’agit d’un texte particulièrement ambitieux, et malgré ses défauts, l’imaginaire convoqué et les choix narratifs pas forcément évidents valent vraiment le détour et me donnent envie d’aller jeter un oeil du côté de Pyramides et des éventuels autres ouvrages qui pourraient à l’avenir se dérouler dans le même univers. Malgré les défauts qui m’ont gênée, l’auteur parvient néanmoins à produire un texte clair, qui ne tombe jamais dans la confusion ou le texte indigeste malgré les écueils.

Lecture en demie teinte donc, mais malgré tout positive et qui vient titiller ma curiosité et mon intérêt.

Note : 3.5 sur 5.

Infos livre :
Année de parution : 2021
Editeur : Critic
#ISBN9782375792049

Publié dans Science-fiction

Les oiseaux du temps – Amar El-Mohtar & Max Gladstone

De quoi ça parle ?

C’est ainsi que nous gagnons.
Bleu et Rouge, deux combattants ennemis d’une étrange guerre temporelle, s’engagent dans une correspondance interdite, à travers les époques et les champs de bataille. Ces lettres, ne pouvant être lues qu’une seule fois, deviennent peu à peu le refuge de leurs doutes et de leurs rêves. Un amour fragile et dangereux naîtra de leurs échanges. Il leur faudra le préserver envers et contre tout.

Et c’est bien ?

Que l’on aime ou que l’on n’aime pas, Les oiseaux du temps est sans nul doute un livre qui ne laisse pas indifférent. J’ai mis du temps à le commencer, malgré les multiples très bons avis, tiraillée entre mon emballement pour les histoires qui jouent avec le temps, et ma quasi-phobie pour les histoires d’amour. L’entrée dans le roman n’est pas évidente. J’ai, pendant un bon quart, été agacée par le style très emphatique et une impression d’auto-satisfaction dans l’emploi des mots et de la construction des phrases.

Finalement, passé ce premier quart, je trouve que la narration gagne en fluidité, et ces aspects dérangeants sont davantage lissés et fondus dans la trame, pour laisser l’histoire déployer tout son potentiel.

Les deux personnages, Rouge et Bleu, s’échangent des lettres à travers le temps. Chaque lettre est espacée de l’autre par un texte mettant en scène directement un personnage. Avec eux, on fait des sauts de puce dans les « Brins » du temps. L’aspect zapping peu au premier abord être un peu dérangeant, car le lecteur ne se pose pas pour installer un univers. Néanmoins, les auteurs arrivent à tisser une trame solide et prenante.

Les jeux temporels sont un vrai délice, les auteurs y placent beaucoup d’indices et de références internes au texte. Retrouver les personnages de loin en loin, à travers des plumes exigeantes et fouillées m’a été un grand plaisir. Plus que l’histoire d’amour, je l’ai trouvée finalement assez secondaire parmi les autres points remarquables du textes.

Une histoire que j’ai davantage appréciée pour la narration et les virevoltes des personnages que pour sa finalité. Si vous aimez les voyages temporels et les pirouettes narratives qui s’ouvrent comme possibles, alors cet ouvrage est pour vous 🙂

Note : 4.5 sur 5.
Publié dans Fantasy, Nouvelles, Revue AOC, Science-fiction

AOC n°47 – Collectif

Illustration par Sandara

Un recueil pris un peu au hasard parmi les multiples anciens numéros proposés sur le stand du Club des Présences d’Esprit lors des Utopiales 2019, je me suis enfin plongée dans sa lecture, au programme, trois nouvelles, une de fantasy et deux de science-fiction, et à la fin les trois textes vainqueurs du match des Imaginales 2017.

  • Fleur de Jade et le Chasseur-Fantôme d’Amria Jeanneret

Fleur de Jade est une jeune sorcière alliant la plus pure tradition japonaise et la modernité propre à son époque. Elle et sa servante Hanako reçoivent la visite du Chasseur-Fantôme, l’émissaire du dieu Vent, qui la charge de la réalisation d’un sort de haut niveau. C’est un grand honneur fait à la jeune sorcière, mais se cacherait-il derrière un autre dessein ?

Une nouvelle qui m’a beaucoup plu. Je me suis crispée un instant quant au devenir de l’héroïne, mais finalement, les choix narratifs de l’autrice sont intéressants et participent au charme de la nouvelle. L’atmosphère liée à l’imaginaire japonais est intéressant, et la magie graphique mise en scène est bien trouvée. La résolution finale est très sympa, l’autrice relie habilement tous les fils qu’elle a tirés. Un texte rafraîchissant.

  • Je… je suis le sable d’Elric Elbaze

Un an plus tôt, la mère du jeune Boubi amène celui-ci au Docteur Chauvin. Le garçon semble perdu dans son monde, mais possède des facultés qui fascinent le docteur. Aujourd’hui l’homme de science a été réquisitionné dans le plus grand secret par les autorités militaires pour s’occuper du jeune garçon. En effet, les dessins de celui-ci sont étrangement prémonitoires et, tout pousse à croire qu’il est au courant de l’imminence d’une invasion extraterrestre…

Coup de coeur pour cette nouvelle dans laquelle j’ai eu un peu de mal à entrer. La mécanique sur laquelle repose le texte de l’auteur est super, j’ai trouvé ça très bien pensé, et les perspectives offertes très alléchantes. Le bouclage de la boucle est également super. C’est presque le genre de texte autour duquel un développement plus long me plairait beaucoup.

  • Speed Club de le Barde dans la machine

Le Speed Club, c’est un repaire de drogués, de junkies, tous amoureux fous de vitesse, perdu au milieu de nulle part. Un lieu où l’amitié et l’honneur n’ont pas de sens pour grand-monde, mais ils en ont pour moi. Et quand mon meilleur pote cane en pleine course sur un coup en traître, faut pas s’attendre à ce que je laisse passer sans rien dire.

Très bon texte que celui-ci, pas tant dans l’histoire que dans le ton employé. Bien que n’ayant jamais vu Mad Max, j’y ai forcément pensé. Le côté très post-apo-trash avec un côté western du futur assez marqué. Le côté « déglingos » de l’univers, des personnages, et le parler de ces derniers participent vraiment de l’attrait du texte, bien punchy. Très bonne lecture là encore.