Publié dans Fantastique, Horreur, Science-fiction, Thriller

Magma – VII

De quoi ça parle ?

Déborah Sapoznik, peintresse en vogue, emménage le temps d’un été dans une résidence huppée sur l’île de Napampark, avec son fils, Yoni, un adolescent peu expressif et enfermé dans son monde d’expériences sonores. Lorsque leur route croise celle de leur voisine, Evelyne Antosca, une étrange vieille dame au regard hypnotique, Yoni se retrouve malgré lui pris dans les filets d’une adepte de pseudos-sciences inquiétante.

Et c’est bien ?

Je dois dire que c’est avec un peu d’appréhension que j’ai entamé cet ouvrage. Les thèmes de pseudos-science, de drogue ou de musique sont des thèmes que je croise assez peu, et que j’apprécie de manière variable suite à quelques lectures particulières (j’y reviendrai car une de ces lectures a fait écho à celle-ci). Par ailleurs, j’aime bien être bousculée cependant, et c’est avec curiosité que j’ai débuté cette lecture.

D’emblée, j’ai beaucoup apprécié le style de l’auteur. Travaillé mais pas alambiqué, précis et rythmé, j’ai été tout de suite happée. Ajoutons à cela la fascination que j’ai éprouvée pour les personnages. Très loin d’être agréable, Déborah est une personne peu accessible, qui traite ceux qu’elle croise avec une sécheresse désinvolte, consciente de sa célébrité. Sans pour autant être imbue d’elle-même, elle possède une forme d’arrogance assez crispante, mais demeure malgré tout humaine. Elle s’occupe de son fils Yoni avec, tour à tour, désinvolture ou attention, se comporte ses amis de manière assez méprisante, mais par ailleurs leur est attachée malgré ce qu’elle leur trouve de désagréable. Yoni quant à lui est un adolescent éteint. Perpétuellement planqué derrière une paire de lunettes noires, on sent le mal-être qui émane de lui. Son monde se résume aux machines numériques à l’aide desquelles il tente de créer des morceaux de musique conceptuelle.

Les voisins des Sapoznik ne sont pas en reste et forment un tableau assez hétéroclite de la population huppée de Napampark : le couple d’amis qui a poussé Déborah à emménager dans la résidence, le couple Lovano, de petits vieux qui croisent sa route et ne lui lâchent pas les basques, ainsi que les personnes du milieu de l’art qui gravitent autour de Déborah dans le cadre de ses expositions – journalistes, admirateurs… L’auteur croque ce petit monde de manière assez savoureuse et plus d’une fois on ricane en lisant les dialogues au vitriol qu’il place dans leur bouche.

Lorsque l’on croise finalement le chemin d’Evelyne Antosca et de ses pseudo-sciences mâtinées de produits étranges, l’histoire prend rapidement des allures de thriller à la lisière du fantastique et de la science-fiction. La spirale dans laquelle Yoni est entraîné est particulièrement prenante, le parallèle avec sa mère, qui cherche à la fois à comprendre ce qui lui arrive mais qui paraît parfois déconnectée, absorbée qu’elle est par son monde artistique est ahurissant.

Petite pointe rigolote lorsque je me suis fait la réflexion que tout ce qui est développé dans ce texte autour du rapport au corps, de sa connexion ou déconnexion avec l’esprit, de ses liens avec la réalité, me rappelait ma lecture de Crash ! de J. G. Ballard et que j’ai constaté, une fois le livre fini, que ce même Ballard était cité parmi les influences de l’auteur de Magma dans le volet interne de la couverture. Par ailleurs si la lecture de Crash ! m’avait laissée pantelante et incapable de dire si j’avais aimé ou pas, j’ai trouvé Magma aussi bon dans l’aspect halluciné du texte, mais aussi beaucoup plus digeste, accessible et agréable sans pour autant tomber dans la facilité.

Enfin pour terminer, tenue en haleine jusqu’au bout, Magma finit en apothéose, d’une manière à laquelle je ne m’attendais pas du tout – et qui m’a forcément plu, adepte que je suis du fantastique et de cette tangente incertaine avec la réalité. La seule chose qui m’ait moins parlé, c’est l’univers musical. On sent que l’auteur connaît le milieu et par manque de connaissance, j’avoue que j’ai été parfois un peu larguée. Néanmoins, les quelques développement sur le sujet restent courts et digestes. J’ai également beaucoup apprécié les quelques fils tirés sur l’art, et notamment ici la peinture abstraite, là encore juste ce qu’il faut pour que ce soit intéressant sans que cela devienne rébarbatif.

En somme, une lecture sans temps mort, avec des thèmes intéressants, un style maîtrisé et une manière de mener l’histoire qui m’ont fait apprécier des sujets avec lesquels je suis plutôt frileuse d’ordinaire. Un petit ovni à découvrir !

A lire si vous recherchez :
– des personnages pas du tout sauf consensuels
– un mélange de « mauvais genres »
– des thèmes traités de manière concise et intelligente

Note : 5 sur 5.
Publié dans Jeunesse, Thriller

Killing November, tome 1 – Adriana Mather

De quoi ça parle ?

Absconditi est une académie secrète et ultra-élitiste réservée aux enfants des Clans, un ordre tentaculaire qui manipule dans l’ombre les destinées du monde. Cours d’empoisonnement, lancer de couteaux, vols en tout genre… les élèves sont formés aux métiers d’assassin, d’espion, d’escroc. C’est un endroit cruel où les amis sont rares et dangereux : chaque année, des pensionnaires y meurent dans d’étranges circonstances. November Adley ignore pour quelle obscure raison son père l’a placée là, tant elle semble inadaptée à cet environnement. Elle devra pourtant s’y faire, et vite. Pour survivre, il lui faudra fouiller dans son passé et trouver sa place sur l’échiquier des Clans…

Et c’est bien ?

Killing November, c’est de prime abrod une plongée in medias res. Comme l’héroïne, November, le lecteur ne comprend pas grand-chose. Cette dernière se réveille dans une académie dont elle ne connaît rien, manifestement sur décision de son père. Elle peine à lier avec les autres élèves, et pour cause, ceux-ci ont deux ans d’avance sur un apprentissage qui les amène manifestement à se comporter comme des espions et des tueurs. Dès lors, les informations sont précieuses, et les obtenir n’est guère aisé. Le premier des problème de November étant que ses condisciples semblent avoir davantage d’information sur elle qu’elle n’en dispose, en sus de leur cursus et de la raison d’être de cette académie.

November se lance alors dans la chasse aux informations, et le lecteur aussi. De fait, l’addiction point vite le bout de son nez ; l’autrice les distille au compte-goutte et à fort bon escient, et l’on en demande très rapidement davantage. A tout cela s’ajoute une affaire de meurtres qui secouent l’académie, et évidemment, notre héroïne a souvent un coup de retard. Découvrir avec elle les différents cours, les différents professeurs a été un très bon moment. Comme elle, on apprend vite à ne pas prendre pour argent comptant toutes les informations qui nous passent sous le nez. L’autrice nous met très bien dans la peau de son personnage, et c’est ce qui fait, je pense, la grande réussite de l’ouvrage.

Le style est direct. Un peu abrupt au départ, mais je m’y suis vite faite. Les personnages sont développés de manière intéressante. Certains possèdent quelques traits un peu caricaturaux, mais demeurent néanmoins suffisamment riche pour que l’on pardonne rapidement cet aspect. La menée de l’enquête est passionnante et même si j’avoue avoir vite deviné le nom du vilain, ce qui y conduit et les éléments de résolutions sont brillants et bien ficelés.

En somme, moi qui ne suis habituellement pas grande fan de young adult, j’ai ici rapidement été prise de frénésie quant à la lecture de cet ouvrage. Le style, les personnages et l’aspect chasse aux informations m’a rapidement passionnée. Adriana Mather nous mène par le bout du nez, et on en redemande.

A lire si vous recherchez :
– un retour à l’école mais avec des matières atypiques
– une héroïne qui vaut le détour
du suspens

Note : 5 sur 5.
Publié dans Fantastique, Thriller

La Brigade de l\’Ombre, tome 1 : La prochaine fois ce sera toi – Vincent Villeminot

Résumé : \ »Fleur vérifia sur son téléphone : son père ne lui avait laissé aucun message. C\’était curieux, ces trois appels successifs. Pourtant, elle décida de faire la morte. La morte… Une étrange façon de parler, à bien y réfléchir. Et glaçante, quand on l\’associait aux coups de téléphone du commissaire Marckowicz. Son père. Pour qui le pire était toujours sûr.


Avis : Les romans de Vincent Villeminot et moi, ça a souvent bien marché. J\’ai découvert Instinct et ai eu un énorme coup de coeur pour cette trilogie. Quand j\’ai vu qu\’un livre de l\’auteur était proposé à la critique par Casterman et Livraddict, c\’est donc avec grand plaisir que je me suis jointe à l\’aventure


Trame

La trame m\’a beaucoup plu. Sous les aspects d\’un roman policier se cache en réalité une enquête fantastique : dans notre société, les goules sont devenues monnaie courante. A l\’instar des loups-garous, ces personnes se sont fait mordre par une goule, et deviennent, lorsqu\’elles mutent, dangereuses. Comme la transformation présente des symptômes facilement repérables, des centres spécialisés accueillent ses personnes le temps que leur mutation reflue. La brigade du commissaire Marckowicz, elle, enquête sur les incidents où les goules pourraient être impliquées. 
L\’enquête en elle-même est très classique : on suit un flic dont la famille est visée par les actes d\’une mystérieuse personne. Pour qui est un habitué du genre policier, ce n\’est pas la trame et sa construction qui vont particulièrement marquer le lecteur. Non, si, d\’un bout à l\’autre, j\’ai suivi avec avidité les avancées de l\’enquête, c\’est surtout pour ses personnages, et la plume de l\’auteur.
Personnages

Car oui, parlons-en des personnages. Entre la Brigade dont chaque policier a un surnom savoureux (que je ne révèle pas, parce que ça fait réellement partie des éléments très plaisants à découvrir), les deux filles de Marckowicz et particulièrement la petite Adélaïde, dix ans et la sagesse d\’une grand-mère mâtinée d\’une humour pince-sans-rire, Diane la flic qui doit canaliser sa violence, je dois avouer, j\’ai beaucoup rit. Sans parler du fonctionnement lui-même de la Brigade ; par le côté atypique de tous ses membres, j\’ai parfois retrouvé ces moments de plaisir quand je suivais les aventures d\’Adamsberg, le commissaire de Fred Vargas.


Style

La plume de l\’auteur est également pour beaucoup dans le fait que j\’ai apprécié l\’enquête : de l\’humour noir et de vrais moments d\’humanité, et l\’enquête prend vie. Entre clins d\’oeil humoristiques, vrais moments de rebondissements et de suspens, passage sur le ressenti des personnages, l\’auteur sait ménager ses effets et tenir le lecteur en haleine, distiller juste ce qu\’il faut pour qu\’il se ronge les ongles, ou qu\’il se mette à rire.


Le mot de la fin : Une enquête somme toute très classique, mais qui se distingue vraiment par des personnages savoureux, un travail sur les personnalités intéressants, et une plume qui sait très bien mener le lecteur par le bout du nez. Une première aventure fort plaisante en compagnie de la Brigade de l\’Ombre.
C\’est du bon !