Publié dans Fantastique, Science-fiction, Steampunk

Le mystère du tramway hanté – P. Djèli CLark

De quoi ça parle ?

Égypte, 1912. Après L’Étrange Affaire du djinn du Caire, nous revoici en compagnie des agents du ministère de l’Alchimie, des Enchantements et des Entités surnaturelles, aux prises cette fois avec un spectre mystérieux qui a élu domicile dans un tramway du service public.
Tandis que dans les rues du Caire les suffragettes revendiquent haut et fort le droit de vote, l’agent Hamed Nasr et son nouveau partenaire l’agent Onsi Youssef devront délaisser les méthodes conventionnelles et faire appel à des consultantes inattendues (ainsi qu’à une automate hors du commun) pour comprendre la nature du dangereux squatteur de la voiture 015 et pour le conjurer.

Et c’est bien ?

Alors je sais pas vous, mais on me parle de Ministère égyptien de l’alchimie, des enchantements et des entités surnaturelles, je fonce direct ! Cela faisait un petit moment que les publications de l’Atalante sur ces ouvrages me tentaient, j’ai donc cédé à l’appel de ces mini-enquêtes.

J’ai ici, bien sûr, particulièrement apprécié la nouveauté, avec des décors et un contexte peu habituels. La plume de l’auteur est précise, dense et riche, et glisse des facéties un peu partout. Les personnages des enquêteurs sont dignes d’une série policière : un duo composé d’un vieux de la vieille, Hamed, et d’une recrue, Onsi, un peu trop prompt à étaler sa science… pas toujours à mauvais escient.

L’uchronie proposée est particulièrement dépaysante ; l’histoire se passe au Caire, dans une réalité où la magie est présente et où l’ouverture des failles sur un autre monde a permis aux djinns d’investir notre plan et de se mêler aux humains. Sauf que les djinns ne sont pas venus seuls. Je suis pourtant férue de folklores variés et de dictionnaires de créatures – que j’adore parcourir – , cela ne m’a pas empêché de découvrir ici des monstres que je ne connaissais pas du tout.

L’enquête de Hamed et Onsi se déroule dans un contexte particulier : le mouvement féministe égyptien est en pleine effervescence afin d’obtenir le droit de vote des femmes et certaines participantes du mouvement vont bien sûr croiser la route de nos deux protagonistes, de manière souvent assez drôle. Hamed est un personnage qui ne semble pas à l’aise avec les revendicatrices, mais qui n’est pas pour autant figé. Rien que pour la scène de résolution de l’enquête, je ne regrette pas d’avoir lu ce petit ouvrage – bien sûr, tout le reste autour vaut aussi très largement le détour.

Vous l’aurez compris, je suis conquise. Si vous aimez l’Egypte, le steampunk, l’uchronie, l’occultisme, le fantastique, les enquêtes et un fond de contexte social, foncez ! 🙂

Note : 5 sur 5.
Publié dans Fantasy, Steampunk

Vaisseau d’Arcane, tome 1 : Les Hurleuses – Adrien Tomas

Illustration de Qistina Khalidah

De quoi ça parle ?

Au Grimmark, la magie peut foudroyer en un éclair. Ses victimes, les Touchés, ne sont plus jamais les mêmes : ils possèdent une incroyable puissance, mais leurs esprits sont à jamais anéantis.

Lorsque son frère Solal est frappé par l’Arcane, Sof, infirmière raisonnable et sans histoire, décide de tout risquer pour le sauver du destin de servitude qui l’attend. Dans leur fuite éperdue à travers les steppes infinies et les forêts boréales, ils découvriront un monde sublime et redoutable.

Mais leur liberté est vue comme un affront, leur existence même comme un blasphème. Dans leur ombre, des factions s’affrontent, tissant autour d’eux un écheveau de machinations dont elles tirent les fils avec une virtuosité machiavélique.

La magie n’est pourtant pas une puissance qui se dompte…

Et c’est bien ?

Nul doute que le résumé est alléchant, en tout cas cette histoire de magie imprévisible et de Touchés dont l’esprit est foudroyé me tentait bien. J’avais, il y a des années, adoré la lecture de Notre-Dame des loups, du même auteur, et même si je savais qu’il avait écrit d’autres textes, je ne m’étais encore jamais penchée sur ses autres récits.

Alors, que dire de Vaisseau d’Arcane ? De prime abord, c’est sans conteste un univers que j’ai adoré découvrir et pour lequel l’imagination de l’auteur m’a plusieurs fois beaucoup plu. Cette histoire de magie imprévisible en fonction des différents endroits du monde est intrigante. Le côté steampunk est très marqué, sans pour autant être outrancier, ce que je reproche parfois à certains récits du genre. J’ai trouvé le principe des Poissons-Crânes absolument génial : un peuple des abysses ayant développé les capacités technologiques pour explorer le monde hostile de la Surface. De nombreux éléments que l’auteur nous dévoile dessus m’ont beaucoup plu : leurs aéroscaphes, nécessaires à leur survie, leur politique, énigmatique, leur hiérarchie sociale. Les personnages que l’on découvre de ce peuple sont aussi plutôt intéressants.

En sus de cet univers, l’auteur développe une riche galerie de personnages. Sof, l’infirmière qui veut désespérément sauver son frère du sort réservé aux Touchés, une vie d’esclavage en vue d’exploiter leur potentiel magique. Nym, jeune assassin énigmatique, « opérateur » au service des Ediles du Grimmark mais qui révèle des ambitions pour le moins mystérieuses et qui dépassent ce qui lui est officiellement demandé. Gabba Do, jeune ambassadeur des abysses qui ne demande qu’à découvrir les humains. Le peuple orc, peuple végétal dont les parias hantent les cimetières de Mithrisias, la capitale… Tout était réunit pour un bon cocktail d’aventure.

Malheureusement, la sauce a mal pris. Si la découverte progressive de l’univers proposé par Adrien Tomas est un coup de coeur, en revanche, plus l’histoire avançait, plus une multitude de petits « couacs » est venue me dérouter. A commencer par Sof. Une jeune femme, infirmière. Un profil peu vu en fantasy et qui m’emballait. Elle est belle, timide mais se révèle très intelligente, très douée, dotée d’une autorité fort utile, très… trop. Malgré les failles que l’auteur tente de lui accoler, elle m’a paru trop parfaite et archétypale, et elle en est venue à m’agacer. Même chose pour Nym, de son vrai nom Hiéronymus Vénoquist, assassin prodige, de manière un peu trop facile et pour lequel je souhaite vraiment me tromper sur ce que nous réservera le tome final – je ne suis pas fan d’amourettes surprises et cela me paraîtrait ajouter un cliché supplémentaire à l’ensemble.

Aux trousses de ce petit monde, un quatuor d’assassins, les anciens compagnons de Nym, décidés à faire respecter leur honneur d’assassins au service des hauts placés du Grimmark. On ne quitte pas leur groupe comme ça. Censés être les meilleurs assassins qui soient, les plus retors, les plus habiles, habitués à traquer leurs proies, ils se comportent de manière qui m’a semblé puérile. Certains passages ont dû être drôles à écrire, et m’ont certes fait rire. Mais l’un de ces spadassins se révèle un crétin fini, et mettre en scène une dispute parce que l’un d’eux a voulu faire du feu pour offrir le thé aux autres alors qu’ils sont en pleine traque m’a surtout fait penser à un épisode de Naheulbeuk (on ne fait pas de feu dans un donjon !) et ne m’a pas semblé très raccord avec le profil initialement présenté. Il en va de même pour le devenir de ce groupe que je n’ai pas trouvé crédible et trop facile.

L’ambassadeur poisson-crâne Gabba Do quant à lui m’a paru trop naïvement naïf. Il était le meilleur de sa promotion mais ne voit pas arriver tout ce qui lui tombe dessus. Même avec l’excuse de la méconnaissance des humains, il est censé avoir été le meilleur « apprenti-ambassadeur » et j’ai eu du mal à croire que le comportement de certains des humains qu’il croise l’aient trompé à ce point. Alors que c’était le personnage qui m’intéressait le plus, il a fini par m’agacer. Les orcs m’ont fait penser aux Trolls d’Arleston et Mourrier, et pareil, pas mal de personnages archétypaux : le guerrier musclé, les anciens, la chamane et une organisation sociale qui m’a parue trop effleurée. Au final, sans être lui-même très original, je crois que le personnage qui m’aura le plus plu reste Magnus, le fiancé de Sof. Je ne m’attendais pas à ce qu’il soit développé, et contre toute attente, je me suis rendu compte que je l’appréciais beaucoup.

L’aventure en elle-même ne m’a pas déplu. Malgré ses défauts, je l’ai lue avec plaisir, mais je n’ai pas arrêté de buter sur un étrange mélange d’inventions que j’ai trouvé super originales et qui m’emballaient à fond, et des scènes ou personnages trop vus et qui auraient mérité un développement peut-être plus profond pour être crédibles avec ce qui nous en est dit et ce que l’on en perçoit. La chose qui sauve, c’est que l’auteur sait ne pas ménager ses personnages et ne caresse pas forcément son lecteur dans le sens du poil. Je lirai certainement la suite, car il s’agit d’une série en deux tomes et que je veux le fin mot de l’histoire. J’espère aussi que l’on aura des explications sur les motivations du gros twist final, car je dois avouer que je ne vois pas quel est l’intérêt des instigateurs de toutes les machinations auxquelles on assiste – je mets ceci sur le compte du fait que je n’ai pas encore toutes les clés.

Une lecture en demie teinte donc, loin d’être déplaisante mais qui m’a déçue sur certains aspects. J’en attendais davantage des personnages, surtout, et j’espère qu’ils gagneront en épaisseur dans le tome suivant.

Note : 3 sur 5.
Publié dans Nouvelles, Science-fiction, Steampunk

Mécanique et lutte des classes – Anthologie

De quoi ça parle ?

Second recueil steampunk publié chez les éditions Oneiroi, le thème se concentre cette fois sur la mécanique et la lutte des classes avec à travers quatre textes autour de cette thématique.

Et c’est bien ?

Comme pour le premier recueil, Ecologie & folie technologique, Mécanique et lutte des classes propose quatre textes, quatre plumes différentes, quatre styles. Et comme pour le premier recueil, le thème annoncé m’a mis l’eau à la bouche. C’est néanmoins avec un sentiment de déception que je l’ai fini.

Le premier texte, Bang bang, de Johanna Marines met en scène un jeune homme dans une situation délicate, à la merci de créatures mécaniques ayant manifestement outrepassé leur programmation. Malheureusement, l’élément qui fait le noeud du texte m’a complètement déroutée et est venu entrer en collision avec le « contrat crédibilité ». J’aurais pu passer outre et le mettre du côté du magique pour me concentrer sur le reste, malheureusement il s’agit du point qui fait l’existence même de cette aventure. La plume reste agréable et fluide.

Le deuxième texte, La nouvelle élite, de Tepthida Hay m’a lui aussi peu convaincue. Je l’ai trouvé confus. Le jeu de dialogue de départ m’a paru complètement déséquilibré – un des personnages raconte sa vie par le menu à une jeune femme qui lui posait une simple question. L’idée centrale de la nouvelle était intéressant mais je n’ai pas accroché au développement.

Les pies voleuses, de Catherine Loiseau troisième texte, m’a davantage accrochée. Il y avait moins ces problèmes de choix de narration ou de développement. Une aventure, une enquête, sympathique mais dont le déroulé et la résolution m’ont paru peu originaux.

Le dernier texte, Lumière maudite, de Noémie Lemos est sûrement celui que j’ai le plus apprécié. Le plus fluide au niveau du déroulé des événements, le plus inventif au niveau de qui est mis en scène, des raisons qui poussent les personnages à agir comme ils le font.

Néanmoins, je crois que l’essentiel de ma déception tient surtout dans le fait que je m’attendais complètement à autre chose. En considérant le thème de départ, Mécanique et lutte des classes, je m’attendais à de la sueur, de l’huile et des mécanos, et au final j’ai eu plus l’impression d’un recueil sur les droits des femmes. Qu’on ne s’y trompe pas, c’est aussi un sujet qui me tient à coeur, certainement que droits des femmes et lutte des classes sont liés, j’en suis persuadée… mais je suis malgré tout sortie du recueil avec le sentiment d’être passée à côté d’un truc. Cependant, s’il est un point que je note, c’est la fluidité des styles des différentes autrices et les atmosphères imaginées, loin d’être déplaisants.

Quoi qu’il en soit, j’espère de tout coeur que les éditions Oneiroi poursuivront ces petits recueils. J’aime découvrir de nouveaux styles et je trouve que mettre en avant des auteurs et autrices peu connu.e.s est une excellente idée. D’autant plus que les thèmes qui rassemblent ces nouvelles sont particulièrement inspirés.

Note : 3 sur 5.
Publié dans Nouvelles, Science-fiction, Steampunk

Célestopol – Emmanuel Chastellière

De quoi ça parle ?

Célestopol, la cité lunaire, la perle de l’Empire Russe, la ville de toutes les démesures, où toutes les technologies de ce XXème siècle naissant se combinent pour créer la métropole ultime. Célestopol, où à chaque coin de rue, la magnificence de ses merveilles architecturales rivalise avec l’éblouissement que provoquent ses automates affectés à mille et une tâches. Célestopol et ses canaux de sélénium dont la brume mordorée baigne en permanence la lumière des réverbères. Célestopol, la ville sous dôme, le défi ultime de l’humanité lancé aux étoiles.

Célestopol la rebelle, l’insoumise. Célestopol, où chaque habitant porte en lui une colère, un amour, une tristesse, une vengeance. Célestopol et son duc extravagant, aux pouvoirs sans limites, dont la simple présence est une insulte adressée à chaque instant à l’autorité de la Tsarine. Célestopol, en quête de liberté et d’émancipation, loin d’une Terre qui menace de sombrer dans les flammes.

Et c’est bien ?

Célestopol propose de découvrir l’univers lunaire imaginé par Emmanuel Chastellière par l’entremise de nouvelles. C’est souvent un procédé que j’apprécie beaucoup, car il permet de dévoiler peu à peu un panorama et d’en explorer différentes facettes. S’il est une chose qui m’aura marqué dans Célestopol, c’est son atmosphère. Froide, cuivrée, brumeuse, emprunte de culture, clins d’oeil, mythes slaves qui confèrent à l’ensemble une vraie magie, un charme certain.

Toutes les nouvelles ne m’auront pas parlé de la même manière. Certaines parmi les premières m’ont paru un peu fugaces, en ce que le déroulé des événements présentés aura tendance arriver un peu trop vite à mon goût. Néanmoins l’univers en lui-même vaut le détour, et les nouvelles gagnent en épaisseur au fur et à mesure. J’ai beaucoup apprécié de retrouver à l’arrière-plan de certaines nouvelles des personnages principaux d’autres nouvelles, au gré d’un jeu de va-et-vient régulier. Le jeu sur le temps évoqué dans les différentes nouvelles est également particulièrement intéressant, notamment ce qui est imaginé dans la nouvelle Convoi.

Particulièrement, j’ai adoré la construction progressive de la personne de Nikolaï, l’énigmatique duc de Célestopol. Tour à tour jovial, absent, distrait, calculateur, (dérangé ?), et même inquiétant, c’est un personnage qui ne laisse pas insensible. Une des dernière nouvelles, Tempus fugit, qui emprunte clairement au Portrait de Dorian Gray, est sûrement une de mes favorites du recueil. L’auteur parvient incontestablement à rendre sa nouvelle glaçante.

J’ai refermé les dernières pages à regret et je souhaite de tout coeur avoir à nouveau l’occasion de voyager à Célestopol, que j’avais découvert par l’entremise de la nouvelle L’homme sans rivage, proposée dans Ecologie & folie technologique. Une excellente lecture donc.

A lire si vous recherchez :
– un « livre-univers »
– du steampunk
– une atmosphère émaillée de mythes et références diverses

Note : 5 sur 5.
Publié dans Fantasy, Nouvelles, Science-fiction, Steampunk

Ecologie & folie technologique – anthologie

De quoi ça parle ?

Le steampunk invite à revisiter le passé, à renouer avec les racines de notre société. Dans cette anthologie, on vous emmène au commencement de l’industrialisation, au moment où tout était encore possible pour la planète et pour l’Homme. Et si les choses s’étaient passées autrement ? Pour le meilleur ou pour le pire, ou juste différemment. Prenez place dans notre machine à remonter le temps !

Photo de Pixabay sur Pexels.com

Et c’est bien ?

Un excellent petit recueil de quatre nouvelles appartenant au genre steampunk, chacune avec un style et un univers différent. Je ne suis pas une très grande aficionada du genre, néanmoins le thème de cette anthologie ne pouvait que me parler. Petit tour d’horizon :

Premier texte, D’amour et d’acier, de Francis Jr Brenet. Une histoire d’enquête et de secrets, dans laquelle l’humanité, installée confortablement sur des îles flottantes, déverse copieusement les rebuts de sa consommation galopante sur le sol de notre bonne vieille planète. Qu’à cela ne tienne, celle-ci s’adapte. Cette nouvelle allie un vocabulaire imaginé et imagé à certains codes horrifiques que l’on peut parfois trouver dans le steampunk. Ce n’est pas ma préférée du recueil, et si la chute est sympa… elle est un peu trop classiquement steampunk à mon goût, dans les fils utilisés comme dans l’esthétique évoquée. L’aventure reste toutefois très plaisante à lire.

Beautés, d’Audrey Pleynet prend la suite. Une jeune femme découvre un étrange salon de beauté et devient vite dépendante des multiples possibilités esthétiques offertes par celui-ci. L’écriture est enlevée, légère, parfois drôle, et aborde le thème de l’apparence et du regard des autres. L’imagination de l’autrice est subtile et j’ai bien aimé que le thème prégnant de cette nouvelle, sans en faire trop, soit un élément esthétique particulièrement marquant du steampunk : les fringues !

Troisième nouvelle avec un auteur dont un des livres traîne dans ma pile de lecture : Emmanuel Chastellière, avec ici un texte intitulé L’homme sans rivage. Un titre qui ne m’inspirait pas particulièrement, une première partie de texte dont je m’interroge encore un peu sur l’utilité de la violence décrite. Néanmoins, l’imaginaire développé derrière avec la base lunaire de Célestopol et l’atmosphère qui s’en dégage m’ont totalement séduite. J’ai vite compris que la nouvelle était liée à un recueil que j’ai souvent vu passé (intitulé Célestopol, hé, il en faut de l’esprit de déduction hein ? :p), et qu’il faut sans conteste que je me procure de toute urgence. La fin de la nouvelle n’est pas des plus marquantes mais j’ai bien aimé l’esprit un rien mélancolique que s’en dégageait.

Enfin, Fengshui et vapeurs de jade, de Romain d’Huissier, vient conclure ce recueil et nous propose une atmosphère bien différente du steampunk aux accents victoriens que l’on connaît bien, puisqu’il prend place, vous vous en douterez d’après le titre, dans un univers asiatique et plus précisément en Chine, où l’on suivra l’enquête de Ming Zhi et de sa garde du corps, Li Zhao, dans un village dont la spécialité est le jade rouge, utilisé pour les machines à vapeur, et dont un chantier a été mystérieusement interrompu. Mythologie chinoise et complot, en sus d’un duo de personnages éminemment sympathique, le mélange est réussi, et si d’aventure les deux comparses devaient réapparaître dans d’autres aventures, je les lirai avec grand plaisir !

Pour conclure, un excellent petit recueil, qui ne paie pas de mine, mais qui propose une variété de styles et d’imaginaires que j’ai particulièrement appréciée. On voyage et on ne s’ennuie pas.

A lire si vous cherchez :
– à découvrir le genre steampunk
– de bons récits d’aventure
– à découvrir de nouveaux auteurs

Note : 5 sur 5.