Publié dans Bande dessinée, Planet opera, Science-fiction

Terra Prime, tome 1 – Ogaki

De quoi ça parle ?

Il y a 250 ans, un million d’hommes et de femmes quittaient la Terre pour partir à la recherche d’une nouvelle planète habitable. Trois générations de vie commune dans un vaisseau-monde, cocon inaltérable aux frontières bien dessinées, reconstitution parfaite d’un monde passé, à jamais révolu. Mais comment réagir quand on se retrouve brusquement confronté à l’altérité ?

Et c’est bien ?

Une idée de départ sympa : un vaisseau-monde sur lesquels se sont succédé plusieurs générations d’humains dans l’espoir de trouver une planète habitable. Une frange militaire, une frange civile. En bonne fan de la série Battlestar Galactica, je me refais pas, j’ai mis un pied dedans (pas dans le Battlestar, dans la BD. Enfin, pas au sens littéral hein).

L’histoire démarre avec la commémoration du Grand Départ, où le « conseiller » (comprenez « président ») évoque la nécessité de préserver l’héritage des ancêtres humains afin de perpétuer leur héritage et leur culture. Au milieu de tout ça, au fin fond d’un bar, la voix d’Elise, anthropologue, s’élève pour faire remarquer qu’après trois siècles, ça vire un peu à l’absurde et que l’humanité n’a pas évolué, faute de contact avec l’Autre. Evidemment ça fait tâche, et au moment où la situation commence à devenir un peu tendue, elle est sauvée un peu in extremis par l’intervention du généticien du bord. Le gars chargé de préserver le patrimoine génétique animal et végétal.

Opposé au conseiller, un parti progressiste grandissant qui ne voit plus l’intérêt de débarquer. Il se sont habitués au vaisseau, et profiter du confort autarcique qu’il propose leur paraît plus enviable que d’aller défricher une future planète à coloniser. Les choses s’enveniment, et le vaisseau se crashe sur une planète viable sur laquelle les dirigeants comptaient pour mener à bien leurs projets.

L’ensemble s’ouvre sur du plutôt bon. L’affrontement des deux bords politiques est intéressant et bien pensé, et notre Elise contemple tout cela avec une certaine désapprobation. Le dessin est chouette, les couleurs, les inventions graphiques pour figurer le vaisseau sont sympa.

Les « hics » arrivent un peu plus tard. Au fur et à mesure que l’histoire avance, ce qui m’avait paru intéressant dans les deux arguments politiques s’étiole. Les propos manquent de nuance et virent dans les extrêmes. La seule voix de la raison, modérée, c’est Elise, isolée. Le conseiller semble la prendre particulièrement en grippe. Elle, une nana a priori insignifiante dans le fonctionnement du vaisseau puis dans la tentative de colonisation suite au crash. Elle, parmi plusieurs millions d’individus.

Hics toujours : Elise, qui depuis le début est présentée comme une fille au caractère un peu marqué, relativement forte, suffisamment en tout cas pour aller à l’encontre de ce que tout le monde pense, glisse vers la donzelle rougissante. J’étais parvenue à pardonner certaines cases précédentes bien convenues de cul rebondi additionnées de scoliose (vous savez ces poses de femmes de BD que toi t’essaies d’adopter, tu te pètes trois vertèbres au passage- mais au moins t’as un beau cul) en regard de certains de ses traits de caractère. Personnage principal, avec un cerveau dont elle se sert, qui part explorer la forêt et s’intéresse aux plantes. Ça ça me bottait à fond. Mais ça dure deux planches. Et ça vire à la bluette.

Hics encore : la civilisation autochtone croisée sur la planète partage fort à propos le même langage que les humains et, ô miracle, se révèle même compatible génétiquement avec eux. La colonie humaine se construit à la vitesse grand V avec de super moyens technologiques malgré le crash de leur vaisseau. Ils ont même de petits vaisseaux de transports (mon obsession ça a été : mais où qu’y trouvent leur énergie ??). Et quelques clichés (ouhlala on n’est plus beaucoup, les filles faites des gosses… et toujours personne pour dire non, sauf Elise).

J’aurais pu accepter tout cela avec des « arguments », des planches qui auraient préparé puis opéré ces changements. Malheureusement, l’auteur multiplie les ellipses et saute de moment-clé en moment-clé, en oubliant de mettre du liant dans tout ça. C’est bien dommage, car de bonnes idées, il y en a. L’histoire parcellaire du peuple autochtone, le métal mystérieux qui semble tant intéresser le conseiller… Bref, y avait matière à, mais ça manque de développement. Un peu comme si l’auteur était très pressé de nous montrer ses passages de révélations mais sans prendre le temps de dérouler l’histoire. Lecture mitigée donc, j’attends de voir les suites, en espérant que l’ensemble s’étoffera.

Note : 2 sur 5.
Publié dans Non classé

Le chant des fenjicks – Luce Basseterre

Illustration de Vadim Kashin

De quoi ça parle ?

A travers une histoire chorale, Le chant des fenjicks narre l’histoire d’une révolte ; celle d’êtres-vivants utilisés comme transports et dont l’espèce s’éteint peu à peu. Le récit s’ouvre sur le point de vue de deux protagonistes. Waü Nak Du, un chalek, espèce d’origine reptilienne et dont le peuple a conquis de nombreux recoins de l’espace. Ils se caractérisent par un dégoût de la violence, une grande bienveillance et une ouverture aux autres. Waü Nak Du, spécialiste en cybernétique et en implantation d’IA sur les fenjicks – ainsi transformés en « cybersquales », dont le projet principal tombe à l’eau. Waü doit alors trouver quelque chose de crédible pour montrer son utilité à ses supérieurs, sans quoi il risque de devoir rembourser une dette de citoyenneté plus lourde que prévue. Le second point de vue principal est celui de Smine Furr, un félidé sans histoire de la planète Imbtu, dont le peuple accepte mal la pression douce mais inexorable du peuple chalek. Smine rencontre des difficultés avec les représentantes de son peuple, dont les injonctions de reproduction lui pèsent de plus en plus. Ces deux protagonistes vont se retrouver bon gré malgré à prendre part à une entreprise qui les dépasse.

Et c’est bien ?

L’univers du Chant des fenjicks prend place dans le même que La débusqueuse de mondes. J’avais beaucoup apprécié cette précédente lecture et c’est avec plaisir que j’ai plongé dans ce nouveau roman de l’autrice.

Alors que dire ? En premier lieu, j’ai eu de grosses difficultés à entrer dans l’histoire. En cause, plusieurs éléments qui se réunissent et forment un obstacle à surmonter avant de se concentrer sur l’histoire : des noms propres – prénoms ou toponymes -, à consonance étrangère et formés de plusieurs mots très courts, des noms communs inventés propres aux cultures que l’on croise, et une narration à l’inclusif, non pas avec des points médians mais avec des déterminants transposés dans un neutre inventé (« man » pour « mon », « li » pour « lui, la, le », « quelqu’unae » pour « quelqu’un / quelqu’une »…) – inclusif par ailleurs totalement logique et justifié par des personnages non-sexués. L’ensemble a formé un amalgame où j’ai eu énormément de mal à faire la part entre les mots inventés, les mots appartenant à la grammaire, en plus de la gymnastique de retenir qui était qui. Une entrée dans le récit qui m’a donc été fastidieuse. Néanmoins, une bonne nuit de sommeil le temps de remettre de l’ordre dans tout ça et le lendemain j’y ai replongé sans problème.

Une fois cet obstacle franchi, Le chant des fenjicks offre une histoire prenante, dans laquelle on découvre le quotidien de Waü et Smine, sur fond politique perturbé. Les deux peuples ne s’entendent pas très bien, et les questions de reproduction posent de graves problèmes. Les félidés deviennent stériles en raison d’outils connectés imposés par les chaleks, occasionnant une vive opposition de la part du matriarcat félin. De leur côté, les chaleks exigent de leurs congénères une contribution à leur politique nataliste et impose des conditions de reproduction contraignantes. L’ensemble prend une tournure de thriller particulièrement prenante. On découvre les craintes des deux protagonistes, et leurs soucis. L’autrice n’en fait pas pour autant des antagonistes, que ce soient les peuples ou ces deux personnages et développe une palette intéressante de personnages et personnalités.

La surprise survient lorsqu’un troisième paramètre entre en scène : les fenjicks, loin d’être des animaux trépanés dotés d’IA, vont se trouver en position de retrouver leur libre arbitre et d’exiger la libération de leurs congénères. Si la tournure que prend l’histoire m’a plu par bien des aspects, j’ai eu un peu de mal avec la narration. Là où j’étais bien installée pépère avec man Waü et mon Smine, que j’avais eu du mal à apprivoiser, et dont j’attendais avec impatience de découvrir le devenir, la narration commence à s’éparpiller entre les protagonistes fenjicks qui retrouvent leur liberté, et les personnages qui leur viennent en aide. Plus de contexte posé que l’on suit de manière un peu fouillée, mais des sauts de narrateur en narrateur, de lieux en lieux, et dans des temporalités diverses. Si l’introduction d’un ou deux autres narrateurs ne me perturbe d’habitude pas, là j’ai eu le sentiment qu’il y en avait trop, en sus de l’accumulation de nouveaux prénoms, donnant à l’ensemble un côté trop furtif et trop rapide pour que j’intègre pleinement les contextes. Je me suis également perdue dans le déroulé chronologique des événements. L’autrice spécifie bien combien de temps s’écoule, mais les ellipses ont occasionné une frustration dans ma lecture, accroissant mon sentiment de narration trop rapide. Je regrette surtout que les histoires de Smine et Waü aient été laissées de côté et abordées plus succinctement par la suite.

Malgré ces quelques bémols, le voyage m’a tout de même été sympathique, et j’y ai croisé nombre de thèmes que l’on retrouve souvent dans les écrits de Luce Basseterre – que j’apprécie beaucoup pour ça : la liberté, la libre disposition du corps, le respect des individus dans toutes leurs différences. Retrouver les plate-formes spatiales cosmopolites où se croisent divers êtres de toutes formes, tous peuples et toutes langues a été très plaisant et m’a, par plusieurs côtés, rappelé ma lecture de la trilogie Voyageur de Becky Chambers. Une science-fiction sensible et sociale comme j’apprécie de plus en plus d’en découvrir.

A lire si vous souhaitez :
– retrouver l’univers de La débusqueuse de monde
– lire une science-fiction positive

Note : 4 sur 5.
Publié dans Fantasy, Horreur, Nouvelles, Science-fiction

Crocs & alambics – anthologie

Illustration de Tithi Luadthong

De quoi ça parle ?

«Jour inconnu. La créature rôde au gré de nos couloirs. À mesure de sa recherche de chair, elle semble gagner en intelligence. Comme si cette chasse incessante était un jeu, une source de connaissance pour elle. Je suis si fatigué ; cette fuite, cette survie dans ce centre de recherches abandonné et clos, me rend fou. Je stagne dans ma déchéance. C’était un test. Juste un test…? ».

Et c’est bien ?

Le ton est donné à travers la quatrième de couverture, qui n’est autre que le texte proposé par la maison d’édition Crin de chimère lors de l’appel à textes : des expériences et du monstre à travers ce recueil de dix nouvelles. Ce panel propose tant fantasy que science-fiction et horrifique. Premier livre pour moi chez cet éditeur, et aucun auteur ou autrice que je connaisse, totale découverte donc, chaudement recommandé par ma copinaute Yserei. Petit tour d’horizon.

Le recueil s’ouvre sur la nouvelle Moonshine, de Philippe Aurèle Leroux, où le lecteur, au côté des protagonistes, découvre un mystérieux vaisseau apparemment vide en orbite d’une planète, ainsi qu’un journal de bord qui vire de plus en plus inquiétant. L’auteur alterne les fragments du journal de bord, fragments qu’il distille pour que le lecteur ait à peine une longueur d’avance sur les personnages, et l’exploration du vaisseau. L’atmosphère fait complètement penser à Alien, les inventions, mêlées de facéties, sont sympa comme tout, la plume est efficace, prenante, très agréable, et l’auteur glisse çà et là des notes d’humour fort appréciable dans ce texte haletant. Premier essai transformé.

Sangpiternel, de Yoann Dubos proposé un texte horrifique particulièrement angoissant, dans lequel une église fanatique de la chair semble beaucoup en vouloir aux humains modifiés mécaniquement, qui osent attenter à leur chair. Je ne vous en dis pas plus. J’ai apprécié que, malgré le côté particulièrement rebutant de certains passages, l’auteur n’en fasse pas des caisses. La technologie et le monde crasseux, presque steampunk, qu’il imagine, sont passionnants à découvrir. Là encore très belle plume, que j’ai suivie avec plaisir.

Un bon pulp pour insuffler un peu de légèreté après son prédécesseur, Partie de chasse, de Fabrice Pittet m’a aussi énormément plu. Lancés à la poursuite d’un monstre gréant sur une planète hostile, Mordo et Sherlo, deux mercenaires particulièrement bourrins et décérébrés m’ont embarquée – et bien fait rire – dans leurs pérégrinations farfelues. La fin est particulièrement savoureuse.

Où est le monstre ?, de Constantin Louvain m’a un peu moins emballée. La nouvelle est bien écrite, mais je crois surtout que la barre était très haute avec les trois premiers textes, et que celui-ci m’a paru plus quelconque. Un militaire chargé de tirer des informations d’un scientifique-saboteur afin de sauver ses collègues à la merci d’un monstre. Le texte joue sur le double sens du titre. Si la balade était sympathique, elle m’a moins marquée que les autres.

La plus belle des réussites, d’Alexandre-Fritz Karol, emmène le lecteur dans un monde exsangue, marqué par une guerre contre des Abominations sorties des éprouvettes de personnes peu recommandables. L’auteur nous invite à voyager sur une mer qui se révèle davantage farcie de monstres qu’elle ne le devrait, et à partager le sort fort angoissant qui attend son équipage. Coup de coeur pour la plume, que j’ai trouvé très belle, eeeeet je soupçonne l’auteur d’avoir développé un univers dont on n’entrevoit ici qu’une partie (d’ailleurs, j’avoue que si un autre texte dans cet imaginaire était proposé, je signerais direct 😉 ). Coïncidence fort à propose, lors de ma commande sur le site éditeur, j’avais hésité entre le présent recueil et un roman, Printemps de funéraille, qui se révèle écrit par l’auteur de cette nouvelle, et qui va certainement rejoindre mes étagères sous peu.

Une très intéressante inversion de rôle et de points de vue dans le texte Cauchemar organique, de Paul Vialart. L’héroïne du texte se réveille aux mains d’une Machine qui semble vouloir attenter à son intégrité. Dès lors, il s’agit de fuir, mais cela devient compliqué avec une mémoire qui flanche. Je suis restée un peu dubitative tout le long du récit, mais il faut avouer que la fin fait tout, et est particulièrement bien pensée.

Le cantique de Schrodinger de R. Sennelier, encore une très bonne lecture avec une entreprise qui propose aux personnes mutilées de remplacer leurs membres par des prothèses interchangeables, faisant d’eux des modulaires. On y trouvera des thèmes de science-fiction assez classiques, notamment celui de la liberté mise à mal par des intérêts privés, mais l’ensemble est très bien pensé.

Caris & Cagom, de K. Sangil est plutôt original dans ce qui est imaginé, mais j’ai davantage peiné sur ce texte. Sûrement en grande partie à cause de la mise en page – la lecture en colonne a une raison bien précise et logique, néanmoins, le côté fragmentaire de la lecture qui en découle m’a sortie du texte plusieurs fois le temps de recoller les morceaux.

Une petite déception avec Ad Monstrum de Jenna Preston-Penley et Alicia Alvarez. La plume des autrices est intéressante, mais je n’ai pas apprécié ce qui est proposé dans ce texte, qui en plus m’a déroutée plusieurs fois avec des choix de vocabulaire que j’ai trouvés étranges. Un affrontement sanglant de monstres de laboratoire pour le plus grand plaisir d’une foule en délire, adepte de ce qui semble devenu un « sport », avec ses stars. J’ai trouvé le retournement de situation un peu facile et n’ai pas trouvé d’intérêt dans le texte.

Xoth, de Kaegor de Rion vient conclure l’anthologie. Texte de fantasy horrifique dont j’ai beaucoup apprécié l’univers, l’atmosphère et l’imaginaire proposés, en revanche j’ai trouvé la narration parfois un peu confuse. J’en suis ressortie mitigée, néanmoins je serais curieuse de découvrir l’univers de l’auteur à travers d’autres textes. J’ai bien apprécié la présence de l’alchimie proposée dans le texte, thème qui ne m’intéresse pas forcément et que je croise rarement, mais que j’ai trouvé plutôt bien exploité ici.

En conclusion donc, un recueil que j’ai trouvé d’excellente qualité et dont je ressors particulièrement enthousiaste. Les plumes et imaginaires proposés sont d’une grande richesse et de très bonne facture, et j’ai d’ores et déjà noté plusieurs nom que je suivrai avec plaisir.

A lire si vous recherchez :
– de nouvelles plumes de qualité
– de la fantasy ou science-fiction horrifique
– des savants fous et des expériences inquiétantes

Note : 5 sur 5.
Publié dans Fantasy, Steampunk

Vaisseau d’Arcane, tome 1 : Les Hurleuses – Adrien Tomas

Illustration de Qistina Khalidah

De quoi ça parle ?

Au Grimmark, la magie peut foudroyer en un éclair. Ses victimes, les Touchés, ne sont plus jamais les mêmes : ils possèdent une incroyable puissance, mais leurs esprits sont à jamais anéantis.

Lorsque son frère Solal est frappé par l’Arcane, Sof, infirmière raisonnable et sans histoire, décide de tout risquer pour le sauver du destin de servitude qui l’attend. Dans leur fuite éperdue à travers les steppes infinies et les forêts boréales, ils découvriront un monde sublime et redoutable.

Mais leur liberté est vue comme un affront, leur existence même comme un blasphème. Dans leur ombre, des factions s’affrontent, tissant autour d’eux un écheveau de machinations dont elles tirent les fils avec une virtuosité machiavélique.

La magie n’est pourtant pas une puissance qui se dompte…

Et c’est bien ?

Nul doute que le résumé est alléchant, en tout cas cette histoire de magie imprévisible et de Touchés dont l’esprit est foudroyé me tentait bien. J’avais, il y a des années, adoré la lecture de Notre-Dame des loups, du même auteur, et même si je savais qu’il avait écrit d’autres textes, je ne m’étais encore jamais penchée sur ses autres récits.

Alors, que dire de Vaisseau d’Arcane ? De prime abord, c’est sans conteste un univers que j’ai adoré découvrir et pour lequel l’imagination de l’auteur m’a plusieurs fois beaucoup plu. Cette histoire de magie imprévisible en fonction des différents endroits du monde est intrigante. Le côté steampunk est très marqué, sans pour autant être outrancier, ce que je reproche parfois à certains récits du genre. J’ai trouvé le principe des Poissons-Crânes absolument génial : un peuple des abysses ayant développé les capacités technologiques pour explorer le monde hostile de la Surface. De nombreux éléments que l’auteur nous dévoile dessus m’ont beaucoup plu : leurs aéroscaphes, nécessaires à leur survie, leur politique, énigmatique, leur hiérarchie sociale. Les personnages que l’on découvre de ce peuple sont aussi plutôt intéressants.

En sus de cet univers, l’auteur développe une riche galerie de personnages. Sof, l’infirmière qui veut désespérément sauver son frère du sort réservé aux Touchés, une vie d’esclavage en vue d’exploiter leur potentiel magique. Nym, jeune assassin énigmatique, « opérateur » au service des Ediles du Grimmark mais qui révèle des ambitions pour le moins mystérieuses et qui dépassent ce qui lui est officiellement demandé. Gabba Do, jeune ambassadeur des abysses qui ne demande qu’à découvrir les humains. Le peuple orc, peuple végétal dont les parias hantent les cimetières de Mithrisias, la capitale… Tout était réunit pour un bon cocktail d’aventure.

Malheureusement, la sauce a mal pris. Si la découverte progressive de l’univers proposé par Adrien Tomas est un coup de coeur, en revanche, plus l’histoire avançait, plus une multitude de petits « couacs » est venue me dérouter. A commencer par Sof. Une jeune femme, infirmière. Un profil peu vu en fantasy et qui m’emballait. Elle est belle, timide mais se révèle très intelligente, très douée, dotée d’une autorité fort utile, très… trop. Malgré les failles que l’auteur tente de lui accoler, elle m’a paru trop parfaite et archétypale, et elle en est venue à m’agacer. Même chose pour Nym, de son vrai nom Hiéronymus Vénoquist, assassin prodige, de manière un peu trop facile et pour lequel je souhaite vraiment me tromper sur ce que nous réservera le tome final – je ne suis pas fan d’amourettes surprises et cela me paraîtrait ajouter un cliché supplémentaire à l’ensemble.

Aux trousses de ce petit monde, un quatuor d’assassins, les anciens compagnons de Nym, décidés à faire respecter leur honneur d’assassins au service des hauts placés du Grimmark. On ne quitte pas leur groupe comme ça. Censés être les meilleurs assassins qui soient, les plus retors, les plus habiles, habitués à traquer leurs proies, ils se comportent de manière qui m’a semblé puérile. Certains passages ont dû être drôles à écrire, et m’ont certes fait rire. Mais l’un de ces spadassins se révèle un crétin fini, et mettre en scène une dispute parce que l’un d’eux a voulu faire du feu pour offrir le thé aux autres alors qu’ils sont en pleine traque m’a surtout fait penser à un épisode de Naheulbeuk (on ne fait pas de feu dans un donjon !) et ne m’a pas semblé très raccord avec le profil initialement présenté. Il en va de même pour le devenir de ce groupe que je n’ai pas trouvé crédible et trop facile.

L’ambassadeur poisson-crâne Gabba Do quant à lui m’a paru trop naïvement naïf. Il était le meilleur de sa promotion mais ne voit pas arriver tout ce qui lui tombe dessus. Même avec l’excuse de la méconnaissance des humains, il est censé avoir été le meilleur « apprenti-ambassadeur » et j’ai eu du mal à croire que le comportement de certains des humains qu’il croise l’aient trompé à ce point. Alors que c’était le personnage qui m’intéressait le plus, il a fini par m’agacer. Les orcs m’ont fait penser aux Trolls d’Arleston et Mourrier, et pareil, pas mal de personnages archétypaux : le guerrier musclé, les anciens, la chamane et une organisation sociale qui m’a parue trop effleurée. Au final, sans être lui-même très original, je crois que le personnage qui m’aura le plus plu reste Magnus, le fiancé de Sof. Je ne m’attendais pas à ce qu’il soit développé, et contre toute attente, je me suis rendu compte que je l’appréciais beaucoup.

L’aventure en elle-même ne m’a pas déplu. Malgré ses défauts, je l’ai lue avec plaisir, mais je n’ai pas arrêté de buter sur un étrange mélange d’inventions que j’ai trouvé super originales et qui m’emballaient à fond, et des scènes ou personnages trop vus et qui auraient mérité un développement peut-être plus profond pour être crédibles avec ce qui nous en est dit et ce que l’on en perçoit. La chose qui sauve, c’est que l’auteur sait ne pas ménager ses personnages et ne caresse pas forcément son lecteur dans le sens du poil. Je lirai certainement la suite, car il s’agit d’une série en deux tomes et que je veux le fin mot de l’histoire. J’espère aussi que l’on aura des explications sur les motivations du gros twist final, car je dois avouer que je ne vois pas quel est l’intérêt des instigateurs de toutes les machinations auxquelles on assiste – je mets ceci sur le compte du fait que je n’ai pas encore toutes les clés.

Une lecture en demie teinte donc, loin d’être déplaisante mais qui m’a déçue sur certains aspects. J’en attendais davantage des personnages, surtout, et j’espère qu’ils gagneront en épaisseur dans le tome suivant.

Note : 3 sur 5.
Publié dans Nouvelles, Science-fiction, Steampunk

Mécanique et lutte des classes – Anthologie

De quoi ça parle ?

Second recueil steampunk publié chez les éditions Oneiroi, le thème se concentre cette fois sur la mécanique et la lutte des classes avec à travers quatre textes autour de cette thématique.

Et c’est bien ?

Comme pour le premier recueil, Ecologie & folie technologique, Mécanique et lutte des classes propose quatre textes, quatre plumes différentes, quatre styles. Et comme pour le premier recueil, le thème annoncé m’a mis l’eau à la bouche. C’est néanmoins avec un sentiment de déception que je l’ai fini.

Le premier texte, Bang bang, de Johanna Marines met en scène un jeune homme dans une situation délicate, à la merci de créatures mécaniques ayant manifestement outrepassé leur programmation. Malheureusement, l’élément qui fait le noeud du texte m’a complètement déroutée et est venu entrer en collision avec le « contrat crédibilité ». J’aurais pu passer outre et le mettre du côté du magique pour me concentrer sur le reste, malheureusement il s’agit du point qui fait l’existence même de cette aventure. La plume reste agréable et fluide.

Le deuxième texte, La nouvelle élite, de Tepthida Hay m’a lui aussi peu convaincue. Je l’ai trouvé confus. Le jeu de dialogue de départ m’a paru complètement déséquilibré – un des personnages raconte sa vie par le menu à une jeune femme qui lui posait une simple question. L’idée centrale de la nouvelle était intéressant mais je n’ai pas accroché au développement.

Les pies voleuses, de Catherine Loiseau troisième texte, m’a davantage accrochée. Il y avait moins ces problèmes de choix de narration ou de développement. Une aventure, une enquête, sympathique mais dont le déroulé et la résolution m’ont paru peu originaux.

Le dernier texte, Lumière maudite, de Noémie Lemos est sûrement celui que j’ai le plus apprécié. Le plus fluide au niveau du déroulé des événements, le plus inventif au niveau de qui est mis en scène, des raisons qui poussent les personnages à agir comme ils le font.

Néanmoins, je crois que l’essentiel de ma déception tient surtout dans le fait que je m’attendais complètement à autre chose. En considérant le thème de départ, Mécanique et lutte des classes, je m’attendais à de la sueur, de l’huile et des mécanos, et au final j’ai eu plus l’impression d’un recueil sur les droits des femmes. Qu’on ne s’y trompe pas, c’est aussi un sujet qui me tient à coeur, certainement que droits des femmes et lutte des classes sont liés, j’en suis persuadée… mais je suis malgré tout sortie du recueil avec le sentiment d’être passée à côté d’un truc. Cependant, s’il est un point que je note, c’est la fluidité des styles des différentes autrices et les atmosphères imaginées, loin d’être déplaisants.

Quoi qu’il en soit, j’espère de tout coeur que les éditions Oneiroi poursuivront ces petits recueils. J’aime découvrir de nouveaux styles et je trouve que mettre en avant des auteurs et autrices peu connu.e.s est une excellente idée. D’autant plus que les thèmes qui rassemblent ces nouvelles sont particulièrement inspirés.

Note : 3 sur 5.