Publié dans Science-fiction

Les chroniques Lunaires, tome 2 : Scarlet – Marissa Meyer

De quoi ça parle ?

Bien loin de l’Asie et du royaume du Prince Kai, la grand-mère de Scarlet Benoit est portée disparue. Scarlet réalise alors qu’elle n’a jamais su qui était vraiment son aînée et quels dangers pouvaient bien la menacer. Quand elle rencontre Wolf, un mystérieux street-fighter qui semble savoir où est sa grand-mère, elle n’a d’autre choix que de lui faire confiance. C’est en menant leur enquête que Scarlet et Wolf croisent la route de Cinder. Ensemble ils se ligueront contre Levana, la vicieuse Reine lunaire prête à tout pour asservir les Terriens et épouser le Prince Kai.

Et c’est bien ?

Quelques mois après Cinder, me voici à lire Scarlet, la suite des Chroniques Lunaires. La saga m’avait étonné par plusieurs aspects : couverture très young adult et résumé qui me laissaient présager un récit qui ne me conviendrait pas. Avec ce deuxième opus, Scarlet me confirme qu’on peut se tromper.

Comme souvent lorsque je l’aisse s’écouler du temps entre deux tome d’une série, le premier obstacle est de fouiller ma mémoire capricieuse afin de raccorder toutes les infos. Première réussite de Scarlet : replonger le lecteur dans le bain petit à petit en reglissant les points importants sans tomber dans le laïus lourdingue. Deuxième réussite : on retrouver quand même Cinder. Parce qu’il faut le dire, j’ai mis le temps à voir comment l’autrice allait nous rattacher Scarlett à la trame initiale. C’est bien beau de réécrire les contes classiques et d’en faire une seule histoire, encore faut-il que la trame suive.

La couverture parle d’elle-même, Le petit Chaperon rouge s’invite dans ce deuxième texte. Les éléments sensés rappeler qu’on est dans le Petit Chaperon rouge ne sont pas très finement introduits et le début est un peu lourdingue. J’ai craint dans un premier temps de glisser dans la romance assaisonnée de BG, heureusement l’autrice évite l’écueil. Néanmoins sur le premier tiers, c’est bien le fil de Cinder qui m’a tenue car j’avais un peu de mal à voir où l’on allait avec Scarlett.

Parmi les nouveaux personnages, si Scarlet et Loup m’ont très moyennement emballée, en revanche j’ai beaucoup apprécié Thorne, l’évadé-boulet qui attache ses pas à ceux de Cinder. Avec son côté gros sabots et ses ressources, je lui ai parfois trouvé un petit côté Jack Harkness loin de me déplaire. Le traitement des personnages féminins est sympa et sort des sentiers battus : mécano et qui en ont sous la pédale quand il s’agit de castagner.

L’intrigue s’envole véritablement une fois posé le fil de Scarlet, dans une succession de rebondissements et de révélations. Si certes cette partie donne davantage de sens, en revanche j’ai trouvé ce tome en-deçà du premier, plus faiblard côté intrigue. Certains passages tournent un peu en rond et ce n’est pas le style finalement assez plat qui vient y remédier. Certains propos de l’autrice concernant l’altérité et la peur de l’autre sont plutôt intéressant, bien que cela reste très saupoudré.

Une lecture sympathique, qui se lit vite et qui contribue à faire avancer cette histoire de Lunaires. Je lirai la suite sans déplaisir, même si on est loin de la saga de l’année.

Note : 3 sur 5.
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s