Publié dans Fantasy, Jeunesse

Les chroniques des temps obscurs, tome 2 : Fils de l’eau – Michelle Paver

De quoi ça parle ?

Torak est un garçon à part. Un garçon qui sait parler aux loups. Un garçon qui doit affronter les Mangeurs d’Ames… au risque de perdre la vie. Le Clan du Loup, auquel il appartient, est menacé par une terrible maladie et la peur ronge la Forêt tout entière. Cet été-là, l’air est irrespirable, comme empoisonné. Nul ne connaît la cause de cette épidémie et seul Torak peut trouver l’antidote. Sa quête le conduit de l’autre côté de la mer, vers les mystérieuses îles du Clan du Phoque. Là-bas, Torak va braver un invisible danger et découvrir un terrible secret. Un secret qui changera sa vie à tout jamais.

Et c’est bien ?

C’est avec plaisir que j’ai retrouvé l’univers de Torak. L’univers de la forêt, des clans, mâtiné de chamanisme et auquel l’autrice ajoute un soupçon de magie particulièrement intéressant et qui fait tout le sel de cet univers.

L’atmosphère de cet ouvrage est bien plus sombre que celle du tome précédent. Malédiction, être inquiétants par l’entremise des Tokoroth, une maladie qui ravage les différents clans. La fuite de Torak dans l’espoir de trouver un remède à tout cela, Torak poursuivi par une menace invisible et malfaisante. Pas mal de passages de son périple rendent toute lecture vespérale un rien angoissante. Cet aspect servi par le style de Michelle Paver, qui a défaut d’être beau, est néanmoins très efficace et fluide.

Plusieurs aspects du tome 1 sont davantage développés et laissent présager des réponses dans les tomes suivants : les fameux Mangeurs d’Ames, dont ont commence à entrevoir les desseins initiaux et actuels, les pouvoirs de Torak, présentés de manière suffisamment subtile pour que l’on n’ait pas le sentiment d’une énième figure d’ « Elu » à qui tout va réussir.

Mention spéciale aussi aux personnages féminins, qui ne sont pas en reste, et c’est agréable. Le personnage de Renn, particulièrement débrouillard, m’a plusieurs fois rappelé Hermione qui sert souvent de bouée de secours à Harry. Saeunn, la mage du clan des Corbeaux est également particulièrement appréciable.

En somme, autant de qualités qui font de ce livre jeunesse un texte pas simplet pour un sou. Je ne garde aucun souvenir de ma première lecture, j’ai donc redécouvert l’aventure avec le plaisir d’un oeil presque neuf.

A lire si vous cherchez :
– une atmosphère sombre et prenante
– un style efficace et fluide
– des personnages qui évoluent et grandissent de manière crédible

Note : 4 sur 5.

>> Vers la chronique du tome 1 <<

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s