Publié dans Fantastique, Horreur, Science-fiction, Thriller

Magma – VII

De quoi ça parle ?

Déborah Sapoznik, peintresse en vogue, emménage le temps d’un été dans une résidence huppée sur l’île de Napampark, avec son fils, Yoni, un adolescent peu expressif et enfermé dans son monde d’expériences sonores. Lorsque leur route croise celle de leur voisine, Evelyne Antosca, une étrange vieille dame au regard hypnotique, Yoni se retrouve malgré lui pris dans les filets d’une adepte de pseudos-sciences inquiétante.

Et c’est bien ?

Je dois dire que c’est avec un peu d’appréhension que j’ai entamé cet ouvrage. Les thèmes de pseudos-science, de drogue ou de musique sont des thèmes que je croise assez peu, et que j’apprécie de manière variable suite à quelques lectures particulières (j’y reviendrai car une de ces lectures a fait écho à celle-ci). Par ailleurs, j’aime bien être bousculée cependant, et c’est avec curiosité que j’ai débuté cette lecture.

D’emblée, j’ai beaucoup apprécié le style de l’auteur. Travaillé mais pas alambiqué, précis et rythmé, j’ai été tout de suite happée. Ajoutons à cela la fascination que j’ai éprouvée pour les personnages. Très loin d’être agréable, Déborah est une personne peu accessible, qui traite ceux qu’elle croise avec une sécheresse désinvolte, consciente de sa célébrité. Sans pour autant être imbue d’elle-même, elle possède une forme d’arrogance assez crispante, mais demeure malgré tout humaine. Elle s’occupe de son fils Yoni avec, tour à tour, désinvolture ou attention, se comporte ses amis de manière assez méprisante, mais par ailleurs leur est attachée malgré ce qu’elle leur trouve de désagréable. Yoni quant à lui est un adolescent éteint. Perpétuellement planqué derrière une paire de lunettes noires, on sent le mal-être qui émane de lui. Son monde se résume aux machines numériques à l’aide desquelles il tente de créer des morceaux de musique conceptuelle.

Les voisins des Sapoznik ne sont pas en reste et forment un tableau assez hétéroclite de la population huppée de Napampark : le couple d’amis qui a poussé Déborah à emménager dans la résidence, le couple Lovano, de petits vieux qui croisent sa route et ne lui lâchent pas les basques, ainsi que les personnes du milieu de l’art qui gravitent autour de Déborah dans le cadre de ses expositions – journalistes, admirateurs… L’auteur croque ce petit monde de manière assez savoureuse et plus d’une fois on ricane en lisant les dialogues au vitriol qu’il place dans leur bouche.

Lorsque l’on croise finalement le chemin d’Evelyne Antosca et de ses pseudo-sciences mâtinées de produits étranges, l’histoire prend rapidement des allures de thriller à la lisière du fantastique et de la science-fiction. La spirale dans laquelle Yoni est entraîné est particulièrement prenante, le parallèle avec sa mère, qui cherche à la fois à comprendre ce qui lui arrive mais qui paraît parfois déconnectée, absorbée qu’elle est par son monde artistique est ahurissant.

Petite pointe rigolote lorsque je me suis fait la réflexion que tout ce qui est développé dans ce texte autour du rapport au corps, de sa connexion ou déconnexion avec l’esprit, de ses liens avec la réalité, me rappelait ma lecture de Crash ! de J. G. Ballard et que j’ai constaté, une fois le livre fini, que ce même Ballard était cité parmi les influences de l’auteur de Magma dans le volet interne de la couverture. Par ailleurs si la lecture de Crash ! m’avait laissée pantelante et incapable de dire si j’avais aimé ou pas, j’ai trouvé Magma aussi bon dans l’aspect halluciné du texte, mais aussi beaucoup plus digeste, accessible et agréable sans pour autant tomber dans la facilité.

Enfin pour terminer, tenue en haleine jusqu’au bout, Magma finit en apothéose, d’une manière à laquelle je ne m’attendais pas du tout – et qui m’a forcément plu, adepte que je suis du fantastique et de cette tangente incertaine avec la réalité. La seule chose qui m’ait moins parlé, c’est l’univers musical. On sent que l’auteur connaît le milieu et par manque de connaissance, j’avoue que j’ai été parfois un peu larguée. Néanmoins, les quelques développement sur le sujet restent courts et digestes. J’ai également beaucoup apprécié les quelques fils tirés sur l’art, et notamment ici la peinture abstraite, là encore juste ce qu’il faut pour que ce soit intéressant sans que cela devienne rébarbatif.

En somme, une lecture sans temps mort, avec des thèmes intéressants, un style maîtrisé et une manière de mener l’histoire qui m’ont fait apprécier des sujets avec lesquels je suis plutôt frileuse d’ordinaire. Un petit ovni à découvrir !

A lire si vous recherchez :
– des personnages pas du tout sauf consensuels
– un mélange de « mauvais genres »
– des thèmes traités de manière concise et intelligente

Note : 5 sur 5.
Publié dans Fantastique, Jeunesse

La douane volante – François Place

Illustration de François Place

De quoi ça parle ?

On est en 1914, à la déclaration de guerre. Gwen a tout juste quatorze ans. Il vient de perdre l’homme qui l’a recueilli, le vieux Braz, un rebouteux connu pour ses dons et son mauvais caractère. On est en Bretagne, une province où les légendes sont encore bien vivaces et celle de l’Ankou, le messager de la mort, fait frissonner les âmes les mieux trempées. Une nuit, pourtant, Gwen monte sur sa charrette noire et entreprend un voyage qui va le mener de l’autre côté du temps.

Et c’est bien ?

Autant le dire d’emblée : il s’agit d’un énorme coup de coeur. J’avais croisé l’ouvrage il y a des années, proposé par Ana Gavalda dans les recommandations jeunesse qu’elle faisait pour le magazine Elle. Oui, j’ai mis tout ce temps pour le lire, et je regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt. La douane volante revêt pour moi la même richesse qu’un livre de Philip Pullman, de ces livres que l’on peut aussi bien lire jeune que plus vieux, en y trouvant tout autant de nourriture à travers cette lecture.

Cette histoire est relativement dure. Les personnages ne sont pas épargnés. Gwen, souffreteux, subit des épreuves particulièrement dures. Pauvre, cible des quolibets et rumeurs du village, c’est à la suite d’une agression qu’il lui semble être emporté dans la charrette de l’Ankou. Il se réveille sur une plage inconnus et commence, dans un étrange pays gardé par la douane volante, sa vie auprès du soldat Jorn et de sa belle fiancée, Silde.

L’atmosphère est frappante, l’auteur sème cet étrange ailleurs d’inventions dont on ne sait pas trop si elles sont surnaturelles ou réelles, bizarrement interprétées par un personnages qui ne connaît pas son nouvel environnement. Au fil de l’histoire, le ton devient plus sombre mais jamais désespéré. François place décrit une humanité parfois peu reluisante mais jamais foncièrement mauvaise. A travers la fourberie, les tromperies, les manipulations, la corruption, l’ignorance, Gwen côtoie pourtant l’amitié, trouve de l’aide. Rien n’est tout à fait blanc ni tout à fait noir. Jorn, Nez-de-Cuir, Ignaas, Matias, Abraham, les Poux… tous ont des travers mais Gwen y trouve aussi des êtres humains. Le personnage de Daer le pibil siffleur, un oiseau qui va accompagner notre jeune héros, m’a énormément plu.

La plume de l’auteur est également particulièrement marquante. Riche, dense, poétique, parfois cruelle, elle parvient à merveille à dresser différents tableaux, jouer avec les sentiments du lecteur, tisser une atmosphère moite, fantastique, brumeuse, sombre mais teintée d’espoir, parsemée de légendes et d’extraordinaires inventions dans une sorte de Pays-Bas du moyen-âge fantasmés.

Les termes abordés m’ont beaucoup parlé. L’obscurantisme – la « connerie humaine », comme disait le vieux Braz, mentor du jeune Gwen -est sévèrement battu en brèche. Du curé de paroisse qui ne donne les sacrements qu’à qui le reçoit comme il le souhaiterait, les médecins imbus d’une science qu’ils ne questionnent plus et qui ne leur sert plus que de piédestal social.

Ce roman s’inscrit dans le domaine du fantastique ; tout du long on se demandera si Gwen est passé dans un autre monde, s’il est mort, s’il a remonté le temps, s’il rêve… chaque bizarrerie trouve une potentielle explication rationnelle. Une aventure dont j’ai émergé avec le sentiment de sortir, comme Gwen, d’un autre monde, d’un ailleurs où j’avais plongé en sa compagnie. Un ouvrage extraordinaire, que je ne peux que conseiller, aux ados comme aux plus grands.

A lire si vous cherchez :
– un livre qui s’inspire de légendes
– une ambiance historique
– un héros qui ne baisse pas les bras devant l’adversité

Note : 5 sur 5.
Publié dans Fantastique, Horreur, Nouvelles

Bienvenue à Sturkeyville – Bob Leman

Illustration de Stéphane Perger

De quoi ça parle ?

Bienvenue à Sturkeyville, ce sont six nouvelles fantastiques horrifiques, remises au goût du jour par les éditions Scylla. Six nouvelles écrites dans les années 70-80 par Bob Leman, qui ont toutes pour point commun de se passer dans la ville américaine imaginaire de Sturkeyville. Au programme :

  • La Saison du ver (The Time of the Worm)
  • La Quête de Clifford M. (The Pilgrimage of Clifford M.)
  • Les Créatures du lac (Feesters in the Lake)
  • Odila (Odila)
  • Loob (Loob)
  • Viens là où mon amour repose et rêve (Come Where My Love Lies Dreaming)

Et c’est bien ?


La nouvelle est un exercice que j’apprécie particulièrement, d’autant plus que je trouve que le format se prête particulièrement bien au genre fantastique. J’ai pris grand plaisir à découvrir ces six histoires.

Les codes du fantastiques sont au rendez-vous ; les non-dits et l’indicible, les monstres et les malédictions tapis dans des maisons ou recoins de rues délabrées, les personnages inquiétants et la montée de l’angoisse. Au gré de chacune d’elles, vous croiserez des vers télépathes, des vampires, des maisons hantées, des personnages maudits sujets à d’inquiétantes mutations.

Bob Leman ménage ses effets à la perfection, chaque nouvelle est particulièrement réussie sur le point de la narration : on nous dépeint une situation, et l’intérêt grandit à mesure que l’auteur dévoile les sombres secrets que cachent ses personnages. La langue est savoureuse et délicieusement désuète, de celles qui mettent en scène l’histoire, en l’exposant comme une histoire que l’on raconterait au coin de feu, à la tombée de la nuit.

Pas de temps mort dans ce recueil, comme cela peut arriver, chacune des nouvelles est particulièrement prenante. Une excellente lecture, que j’ai pris autant de plaisir à lire qu’un recueil de Poe ou de Maupassant.

Note : 5 sur 5.

A lire si vous cherchez :

– des nouvelles fantastiques
– des frissons
– un univers qui se déploie au gré de plusieurs textes (Sturkeyville)

Publié dans Fantastique, Fantasy, Nouvelles, Science-fiction

Jardins de poussière, de Ken Liu

De quoi ça parle ?

« Les yeux fermés, j’imagine les photons rebondissant entre les particules de poussière. J’imagine leurs chemins sinueux le long du dédale de surfaces vives, les pièges, les impasses, les culs-de-sac, les chausse-trappes. J’imagine Cigale qui accomplit sa rotation sous les étoiles, modifiant l’angle des rayons du soleil sur les panneaux. J’imagine les couleurs, changeantes, chatoyantes. Une nouvelle façon de voir… »

Le présent recueil regroupe 25 récits de science-fiction, fantasy et fantastique. On y retrouve plusieurs thèmes que Ken Liu aborde régulièrement dans ses textes, parmi lesquels ceux de l’héritage culturel et de sa transmission, des modifications corporelles, de la notion de libre arbitre, d’intelligence artificielle…

Et c’est bien ?

Ce n’est pas le meilleur livre que j’ai lu de Ken Liu. Comme dans tout recueil de nouvelles, il y a forcément du bon et du moins bon. Néanmoins, si je compare à son précédent recueil La ménagerie de papier, celui-ci est clairement en-dessous. Les nouvelles en elles-mêmes ne sont pas mauvaises… disons plutôt qu’elles ne sont pas à la hauteur de ce à quoi Ken Liu m’a habituée. Il faut dire aussi qu’une fois lue sa magistrale novella L’homme qui mit fin à l’histoire (que je ne saurais que trop conseiller à tout lecteur souhaitant découvrir cet auteur), difficile de faire au moins aussi bien.

Pour le recueil qui nous intéresse, je ne vais pas m’attarder à égrener les différentes nouvelles, d’autant plus qu’elles ne m’ont pas spécialement plu. Parmi ces textes vous trouverez de la fantasy, du fantastique, de la science-fiction, dernier thème dans lequel Ken Liu excelle à mes yeux. Beaucoup de textes sont longs et je me suis ennuyée das les trois quarts d’entre eux, regrettant l’étincelle d’excitation que j’avais pu ressentir pour mes précédentes lectures.

Néanmoins, je compte bien aborder deux nouvelles qui sont sorties du lot et que j’ai beaucoup appréciées :

La nouvelle Noeuds, dans laquelle un prospecteur industriel aborde le patriarche d’une peuplade indigène d’une région reculée et isolée de la Chine, dont la particularité est d’écrire avec des noeuds. Il est question dans cette nouvelle de pillage culturel à des fins capitalistes. Je ne vous en dis pas plus avant de ne pas divulgâcher ce que l’auteur a imaginé.

La seconde nouvelle est Jours fantômes, dans laquelle une humanité coincée au fin fond de l’univers tente de sauvegarder des bribes de souvenirs terrestres, d’une vie depuis très longtemps derrière eux, en termes de temps comme de distance. On retrouve ici des thèmes déjà abordés avec brio par Ken Liu, ceux de l’héritage culturel et du sens que l’on veut – ou qu’on n’arrive plus à – leur donner. Sûrement du fait de son histoire, ces thèmes sont marquants chez lui, toujours abordés avec une grande justesse et une humanité qui m’a souvent touchée.

En somme, un recueil très inégal dans lequel peu de textes se démarquent. Je ne saurais trop dire si ma déception vient du fait que l’ensemble est moyen, ou si elle vient de ce que j’ai lu d’autres textes bien meilleur de l’auteur. Toujours est-il que ce n’est certes pas son meilleur ouvrage.

Note : 3 sur 5.
Publié dans Fantastique

Le tour d’écrou de Henry James

De quoi ça parle ?

Existe-t-il plus grand plaisir que d’écouter des récits macabres, la veille de Noël, dans une vieille maison isolée ? Qu’il est diabolique le frisson qui glace alors les sangs… Qu’il est divin le cri des femmes épouvantées… Ce ne sont pourtant que des histoires… Tandis que celle-ci… Elle a été vécue… Par des enfants encore, deux petits orphelins, si admirablement gracieux, si serviables et si doux… Et leur gouvernante, une jeune fille des plus honnêtes. Ce qu’ils ont vu, ce qu’ils ont enduré et les circonstances extraordinaires des événements qui les ont… Mais non ! c’est trop horrible… Ça dépasse tout… en pure terreur ! Car le pire, c’est de savoir que, justement, on ne saura jamais tout…

Et c’est bien ?

Pour tout vous dire, un premier flop de 2021.

Pourtant, la langue est belle. J’aime particulièrement ces tournures de phrases et ce vocabulaire que je retrouve souvent dans les récits fantastiques du 19e siècle. Mais c’est sûrement le seul point qui m’aura été agréable dans cette lecture laborieuse et éprouvante.

Nous sommes ici en présence d’une histoire de fantômes, ou en tout cas on le suppose. Ficelles habituelles du récit fantastique, le lecteur se demandera si la gouvernante, narratrice de sa propre histoire, cherche bien à toute force à protéger les deux chérubins dont elle a la garde, ou si elle a complètement viré dans une espèce de psychose paranoïaque. Essence du récit fantastique également le fait que le lecteur ne sache pas tout.

Le lecteur passe son temps à questionner ce qui se passe et ce qui s’est passé. Y a-t-il des fantômes ? Des fantômes de deux anciens employés ayant côtoyé les enfants ? On s’interroge aussi beaucoup sur le garçon, Miles. Renvoyé de l’école, on ne saura jamais pourquoi. La narratrice fait état de deux enfants exquis, exempts de tout mal et s’étonne du renvoi de Miles. On apprend également que le jeune garçon passait beaucoup de temps avec l’ancien valet, dont le fantôme semble hanter la demeure. Que faisait-il ? Mystère, on ne peut que supposer, et l’esprit humain va chercher des réponses dans des activités peu avouables, que l’on pourra également questionner quant au renvoi mystérieux de l’établissement scolaire. Dès lors, la gouvernante cherche à le protéger, à le détourner. De quoi, mystère encore, on oscillera d’un bout à l’autre entre les fantômes et les activités supposées.

Certes, ces aspects de doute, d’éléments sur lesquels on ne peut jamais trancher sont intrinsèques au fantastique. Néanmoins, si j’ai pu apprécier cela dans de nombreux récits en grande amoureuse de Poe ou de Maupassant pour ne citer qu’eux, en revanche dans Le Tour d’écrou, ces éléments sont venus donner un tour laborieux à l’histoire. L’auteur passe sont temps en non-dits, en circonvolutions, en évitements – trop et trop longtemps -, et je dois dire que cette narration m’a rapidement fatiguée, agacée, énervée. La lecture m’est rapidement devenue désagréable, pour finir complètement à plat et de manière particulièrement abrupte. Là encore, certainement que l’intension était de laisser turbiner le lecteur, j’en suis restée, pour ma part immensément frustrée.

A lire si :
– vous appréciez les récits 19e
– vous souhaitez lire du fantastique, du vrai
– la frustration ne vous fait pas peur

Note : 2 sur 5.