Publié dans Fantasy, PLIB 2022

Prospérine Virgule-Point et la phrase sans fin – Laure Dargelos #PLIB2022

De quoi ça parle ?

Demi-Mot aurait pu être un village ordinaire, s’il n’était pas bâti à la limite du Texte. Jour après jour, les habitants polissent et astiquent les lettres ; ils entretiennent ces milliers de caractères qui, sans leur concours, se seraient déjà effondrés. Chez les Virgule-Point, l’aînée de la fratrie a choisi une voie bien différente : fleuriste ! Elle préfère bichonner des Trompettes à pétales plutôt que de faire prospérer l’empire des points et des virgules. Mais un événement inexplicable ne tarde pas à l’entraîner dans une spirale qui la dépasse ? Et si l’avenir du village était en jeu ? Et si tout était lié à la Phrase sans fin, cette mystérieuse phrase laissée en suspens par l’Auteur ?

Et c’est bien ?

Une lecture que j’aurais repoussée plusieurs fois, mais pour mieux y plonger. Finalement ce fut une bonne surprise. Le début m’a un peu mise sur les dents, je suis sensible à la façon dont débute un ouvrage et à celle dont les personnages personnages sont présentés ; je trouve souvent les auteurs très scolaires sur cet exercice, et ç’a été le cas ici.

De même, la mise en place d’un univers et personnages cosy-bucoliques sauce humour anglais, ne me disais trop rien, parce que ce n’est pas ce que je recherche, parce que ça me renvoie à des lectures que j’ai moyennement appréciées, ou à des textes qui manqueraient de consistance. Je me répète sûrement, mais avec cette sélection très young adult / jeunesse, le PLIB me sort complètement de mes habitudes et je suis plutôt contente de sortir de mes habitudes (je le suis pratiquement toujours en fait, surtout quand c’est pour avoir de bonnes surprises ^^).

Une fois dépassé ces a priori et franchi le pas de la lecture, la balade a été très agréable.

Le récit prend la forme d’une enquête menée par une protagoniste enjouée. Le schéma classique de l’héroïne farfelue qui chamboule la vie d’un compagnon forcé et sorti de sa zone de confort marche plutôt bien, et l’on se retrouve avec un tandem finalement plutôt sympathique. Les personnages qui gravitent autour d’eux ont leurs particularités, plus ou moins réussies – M. Anonyme m’a fait penser à l’assassin dans Nobody Owens de Gaiman, plutôt fun, en revanche j’ai regretté que la copine de travail de Prospérine soit si effacée surtout vu son devenir. On ne peut bien sûr pas passer à côté de la fameuse Héloïse, la trompette à pétales qui accompagne notre héroïne qui, tout du long, a pris dans ma tête la forme caractéristique d’un chétiflor.

Laure Dargelos joue sa partition sur le thème du livre jusqu’au bout. Anecdotes, détails, personnages, beaucoup de références au monde du livre et des bibliothèques sont glissées, elle joue à fond sur l’inter-texte et propose un tableau très créatif. En revanche, j’ai été un peu moins fan de certains essais sur le texte ; c’est quelque chose compliqué à faire, je pense, car si ça ne fait pas fondu dans le texte et justifier, cela peut très vite agacer le lecteur. Autant j’ai trouvé le principe des Phrases En Majuscules Censées Marquer l’accent précieux des gens de la capitale, en revanche les autres jeux sur la typographie (heureusement pas trop nombreux) sur le gras, le souligné ou l’italique m’ont paru très peu pertinents (c’est pour chipoter, bien que peu utiles à l’histoire à mes yeux, ils ne gênent en revanche pas du tout la lecture).

On est ici sur des histoires de livres dans les livres, de personnages qui entretiennent les textes de leur auteur et l’enquête se porte sur un effondrement des mondes, des complots et des meurtres mystérieux. Si tout ce que j’ai déroulé ci-dessus concernant l’univers plutôt remarquable, en revanche côté investigations, on est relativement loin de l’originalité. Intrigues dans l’intrigues, trahisons, pertes tragiques, retournements de situations… les ficelles et les rouages de l’histoire sont très vus dans le domaine, quoique pas désagréables puisque maîtrisés et menés à bien jusqu’au bout.

Pas un coup de coeur donc, mais néanmoins une très bonne surprise et un univers original loin d’être centré sur son propre développement, qui propose une originale et agréable mise en abîme.

Note : 4 sur 5.

Infos livre
Editions : Rivka
Année d’édition : 2021
#ISBN9782957023745

Un commentaire sur « Prospérine Virgule-Point et la phrase sans fin – Laure Dargelos #PLIB2022 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s