Publié dans Science-fiction, Young Adult

L’année de Grâce, de Kim Liggett

De quoi ça parle ?

« Personne ne parle de l’année de grâce. C’est interdit.
Nous aurions soi-disant le pouvoir d’attirer les hommes et de rendre les épouses folles de jalousie. Notre peau dégagerait l’essence pure de la jeune fille, de la femme en devenir. C’est pourquoi nous sommes bannies l’année de nos seize ans : notre magie doit se dissiper dans la nature afin que nous puissions
réintégrer la communauté. Pourtant, je ne me sens pas magique. Ni puissante. »

Un an d’exil en forêt.
Un an d’épreuves.
On ne revient pas indemne de l’année de grâce.
Si on en revient.

Et c’est bien ?

Un ouvrage dont je suis sortie mitigée, que j’ai trouvé en dents de scie. La première partie fait immanquablement penser à La servante écarlate de Margaret Atwood, avec une situation pour les femmes particulièrement glaçante : réifiées et soumises à un rite de passage particulièrement violent et sur lequel pèse un tabou : l’année de Grâce. Par bien des aspects néanmoins, ces éléments sont beaucoup moins fin que le texte de l’autrice canadienne, certains aspects sont un peu trash et voyeurs. De même, certaines ficelles sont assez grosses.

Néanmoins, il faut reconnaître à ce roman un côté addictif. L’autrice sait ménager ses effets et proposer une aventure haletante que l’on a du mal à lâcher. Les liens que les filles tissent entre elles, les attentions de la famille de Tierney à son attention sont des aspects agréables à découvrir. Je regrette néanmoins une romance un peu trop marquée, que je n’ai pas forcément trouvée adéquate par rapport au ton donné par le roman, et dont les conclusions m’ont paru cousues de fil blanc.

Le dernier tiers à vu mon intérêt grandir un peu. L’autrice ne se contente pas de faire sortir les protagonistes de leur année rituelle mais nous narre également l’après. La romance s’éloigne et j’ai trouvé certains aspects de réflexion bien plus intéressants que le reste du roman, de même que ce que l’on découvre sur certains personnages les fait évoluer de manière positive et crédible.

Cependant, le terme « féministe » que j’ai souvent vu accolé à ce roman m’a paru un peu surfait, et même si des éléments positifs pointent timidement le bout de leur nez, je les ai trouvés bien pâles par rapport à ce que l’on aurait pu attendre. Non que j’aurais souhaité du spectaculaire, mais je reste sur le sentiment qu’il me manque quelque chose, surtout au vu de ce que l’autrice fait de son héroïne. Oui on assiste à des changements, oui la condition des femmes ici n’est pas enviable, mais je n’ai pas trouvé ce roman particulièrement militant ou engagé en termes de féminisme. A mes yeux ce qui est traité est plus vaste et général : on y trouve une réflexion, plutôt intéressante, sur l’asservissement des individus et la pression du groupe, le poids d’une société.

Edit du 5 juin 2021 : En discutant avec M. SFelfet, qui est en train de le lire, je crois que j’ai mis le doigt sur un des éléments qui me gênent profondément dans la notion de « féminisme » qui accompagne le livre : ce qui est dit des femmes. Incapables de faire société sans les hommes, trop bêtes, pimbêches et méchantes, incapables de penser une sororité même quand la chape des hommes n’est plus là et alors même que certaines se posent des questions… Non, décidément, plus j’y pense, plus cette étiquette de « féministe » me paraît galvaudée et ne tenir, hélas, que d’un marketting qui cherche à récupérer les luttes.

En somme, cela reste avant tout une très bonne aventure addictive.

A lire si vous recherchez :
– un page-turner
– une dystopie-survie
– du young adult

Note : 2 sur 5.

2 commentaires sur « L’année de Grâce, de Kim Liggett »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s