Publié dans Fantasy

Les sentiers des Astres, tomes 1 & 2 – Stefan Platteau

Résumé :

Quelque part dans la nordique forêt du Vyanthryr, les gabarres du capitaine Rana remontent le fleuve vers les sources sacrées où réside le Roi-diseur, l’oracle dont le savoir pourrait inverser le cours de la guerre civile. À bord, une poignée de guerriers prêts à tout pour sauver leur patrie. Mais qui, parmi eux, connaît vraiment le dessein du capitaine ? Même le Barde, son homme de confiance, n’a pas exploré tous les replis de son âme. Et lorsque les bateliers recueillent un moribond qui dérive au fil de l’eau, à des milles et des milles de toute civilisation, de nouvelles questions surgissent. Qui est Le Bâtard ? Que faisait-il dans la forêt ? Est-il un danger potentiel, ou au contraire le formidable allié qui pourrait sauver l’expédition de l’anéantissement pur et simple ?

  Résumé : 
Sept hommes, une femme et une enfant. Ce sont les derniers compagnons qu\’il reste au barde Fintan Calathynn pour mener à bien la quête du Roi-diseur, à travers une forêt boréale plus menaçante que jamais. Neuf survivants aux abois, retranchés dans la grotte des Teules, encerclés par l\’ennemi. À l\’heure où la gabarre livre ses derniers secrets, et où les arbres tremblent de la colère des géants, les fugitifs devront jouer cartes sur table et révéler les ombres issues de leur passé. À commencer par l\’énigmatique Shakti…

 Avis : Une saga découverte un peu par hasard. J\’attendais à une table aux Imaginales, lorsque j\’ai entendu l\’auteur, juste à côté, expliquer à une lectrice qu\’il s\’était inspiré de l\’histoire des bateliers et des vikings. Intriguée, je me suis donc procuré les deux premiers tomes de cette saga.

Le début du premier tome m\’a paru un peu lent. Le mystérieux Bâtard décide de raconter son histoire, mais prend son temps et se perd dans de nombreuses circonvolutions. En parallèle, l\’histoire de ces hommes d\’armes qui remontent le fleuve pour trouver le Roi-Diseur et dont on ne sait pratiquement rien ni des motivations (que l\’auteur distillera au fur et à mesure), ni des personnes. Ce qui m\’a surtout tenue, sur la première moitié, a été la richesse du monde dessiné peu à peu par l\’auteur. Dans les deux fils narratifs, des mystères, des êtres fabuleux disparus, des géants noirs (ouuuh le Porcher Noir, des passages bien prenants et stressants), un fleuve et une forêt angoissants et recelant de nombreux dangers, un peuple mystérieux.

Et puis, deuxième moitié, les choses s\’accélèrent, les deux fils se rejoignent. L\’île des Lunaires a vraiment titillé ma curiosité, et on commence vraiment à appréhender et à s\’attacher aux personnages. Et lorsque la Grande Gabarre appareille pour retrouver la Petite gabarre partie en éclaireur, autant dire que là, impossible de lâcher l\’ouvrage.

Moi qui déteste les tentatives de vente quand on me présente un livre \ »digne du Seigneur des Anneaux\ »… je crois pourtant que là, je ne peux pas m\’empêcher un parallèle. Pas dans les thèmes (qui sont complètement différents), mais dans le déroulé de narration. Un début assez lent et qui pose des bases, et une deuxième moitié qui lance les choses. Et je dois vous dire que, lorsque l\’auteur fait sonner des cors aux abords du fleuve et que nos héros comprennent qu\’ils vont devoir sauver leur peau, je me suis vraiment sentie dans le même état d\’esprit que lorsque j\’étais enfant et que j\’ai abordé le passage de la Moria. Celui où la compagnie de l\’Anneau se découvre coincée et commence à entendre les tambours ennemis résonner au loin. Un pur moment jouissif, où l\’on vibre vraiment avec l\’histoire et ses rebondissements. Et j\’ai d\’autant moins de mal à comparer Stefan Platteau à Tolkien que la plume, bien que différente, m\’est apparue elle aussi particulièrement riche, précise, ciselée.

Je n\’ai donc pu m\’empêcher de sauter à pieds joints dans le deuxième tome, dont le rythme est (je rassure les craintifs de rythmes lents 😉 ) plus soutenu dès le départ. On en apprend davantage sur Fintan, Miach, Nadrach, ces hommes partis chercher le Roi-Diseur. A ma grande joie, car c\’était vraiment ma frustration du premier tome. On en apprend également plus sur le peuple de la forêt, les Teules, qui m\’avaient déjà beaucoup séduite lors d\’une brève rencontre précédente. Et on assiste également au récit d\’un autre personnage : celui de la mystérieuse Courtisane, personnage énigmatique et dont le lecteur ne peut manquer, à l\’instar des autres personnages, de se demander pourquoi le capitaine Rana, chef de l\’expédition, a choisi de l\’embarquer, elle et sa fille.

Un deuxième tome un rien plus sombre, où l\’on découvre les peuple du nord et dont les notes de culture chamanique m\’ont également beaucoup, beaucoup plu. En sus de la mise en scène d\’un personnage féminin particulièrement intéressant.

Je comptais attendre la sortie poche pour acheter le dernier tome, Meijo… sorti en 2018. Trop long à attendre, il a dores et déjà atterri sur mes étagères en version grand format (oui, c\’est tellement bien que j\’ai osé dépareillé mes tomes :p).

En somme, une excellente saga, à découvrir, à lire. A mes yeux une oeuvre majeure de fantasy.

Coup de coeur

2 commentaires sur « Les sentiers des Astres, tomes 1 & 2 – Stefan Platteau »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s