Publié dans Science-fiction

Les Machines sauvages (Le Livre de Cendres, tome 3) – Mary Gentle

Résumé : Cendres a réussi à échapper au roi-calife de Carthage et aux Machines sauvages. Malgré tout, la menace pèse toujours sur elle, sur la Bourgogne et sur le reste de la Chrétienté. D\’autant qu\’à Dijon, la rumeur prétend que le duc Charles est au plus mal. Les Wisigoths, menés par la Faris, vont bientôt venir à bout des remparts de la ville, et la fuite semble à Cendres la seule issue possible. Pourtant, une question continue de hanter la jeune mercenaire : pourquoi la Bourgogne ? 
Avis : Avec un peu de retard, voici un petit compte-rendu de lecture du troisième tome du Livre de Cendres. Le tome 2 laissait le lecteur sur la fuite de Cendres, sur ses retrouvailles avec sa compagnie, et sur sa décision de se séparer temporairement du comte d\’Oxford. Ce dernier, suivant le conseil de notre héroïne, se mettant en route afin de demander l\’aide des ottomans contre Carthage, et Le Lion Azur montant au nord, afin de récupérer une partie des hommes de la compagnie restés à Dijon. 
Ce tome trois marque donc le retour de Cendres en Bourgogne. Le lecteur y retrouve la Faris, le harif Aldéric, un Wisigoth pas aussi antipathique que les autres, les golems guerriers, et surtout, les murailles de Dijon. Sans réelle surprise, la rédaction de cet ouvrage est d\’aussi excellente qualité que les deux autres tomes, même si ce Livre 3 n\’est cependant pas exempt d\’une ou deux longueurs. Les temps forts sont moins nombreux ; en revanche, l\’auteure passe plus de temps à narrer l\’organisation de la défense de Dijon, et à présenter les prochains personnages importants : les soldats bourguignons, dont Olivier de la Marche, pour lequel le lecteur se prendre sans doute de sympathie. 
Une fois de plus, les apports historiques de la part de Mary Gentle sont très nombreux, et ajoutent une touche de réalisme à l\’histoire, surtout en ce qui concerne la description des conditions de vie durant un siège et des relations entre les différents protagonistes. 
Les coupures marquées par les échanges entre Ratcliff et sa directrice de recherche se font plus rares qu\’elles ne l\’étaient dans les tomes précédents, mais laissent néanmoins présager, en sus de l\’histoire, d\’éventuels rebondissements qui feront sans doute frémir le lecteur d\’impatience, s\’il prête attention à certains détails. 
Notons cependant que, malgré un retour à une histoire plus posée, Les Machines sauvages recèle tout de même quelques surprises, dont une scène de clôture de tome magistrale. Une troisième partie qui ne dépare donc pas les débuts de cette histoire. 

Appréciation

Excellent !

2 commentaires sur « Les Machines sauvages (Le Livre de Cendres, tome 3) – Mary Gentle »

  1. Je viens de le finir, et c'est un véritable coup de coeur. Sans doute une des meilleures sagas que j'aie lues. Par contre, je pense qu'il me faudra du temps avant d'avoir véritablement envie de me replonger dedans, c'est quand même bien roboratif, comme histoire ^-^

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s