Publié dans Fantastique, Jeunesse

En des lieux obscurs (Phaenomen tome 3) – Erik L\’Homme

Résumé : Ils ont fui la clinique où ils étaient enfermés. Ils ont échappé aux tueurs à gages lancés à leur poursuite et semé la panique au sein d\’organisations aussi puissantes que mystérieuses. En cherchant à savoir qui ils sont vraiment, ces quatre adolescents hors normes ont déjà dérangé l\’ordre du monde. Mais, pour eux, l\’heure est venue de découvrir le secret le mieux gardé de l\’histoire de l\’humanité. L\’inimaginable est là, au bout du chemin, en des lieux obscurs. 
Avis : Profitons de l\’élan initial, et bouclons la saga. Voici donc la dernière chronique, sur le tome trois de la série Phaenomen, écrite par Eric L\’Homme. Je vous avait quittés, lors de la critique du précédent volume, sur une pointe de déception. On ne peut malheureusement pas vraiment dire que ce dernier opus aura ravivé mon intérêt. 
Dans le tome 2, le lecteur avait ainsi quitté Claire, Violaine, Nicolas et Arthur au Chili, après la découverte d\’un coffre templier apparemment vide, et la lecture d\’une lettre les orientant vers l\’organisation secrète des Majestic, et surtout, vers une nouvelle destination : les Philippines. Et ce en compagnie d\’un nouvel ami: Goodfellow, sauvé des mains des méchants par une entité inconnue. Si le tome 2 restait agréable à lire malgré pas mal de facilités, ce tome 3 donne à l\’histoire une impression d\’improbabilité plus grande encore. Les désormais cinq protagonistes, recherchés de tous côtés, parviennent une fois de plus à glisser entre les mailles du filet et à rejoindre les Philippines. 
Les coupures multiples, pour suivre le petit groupe, puis une association secrète, puis une autre, puis Clarence, puis untel autre, et qui étaient dosées relativement correctement dans le tome 2, deviennent dans ce tome 3 assez insupportables et trop fréquentes pour que l\’attention puisse se concentrer sur l\’histoire des héros. Un peu comme une sorte de zapping perpétuel et fatigant, auquel s\’ajoute à chaque fin de chapitre un texte plus ou moins long sur un peu tout et n\’importe quoi (la video-surveillance, des préceptes, les complots…), pas forcément inintéressants mais, au bout d\’un moment, un peu lassants.
Les découvertes faites par nos héros ne contribuent pas non plus à relever l\’intérêt du lecteur pour l\’histoire. Le thème des Templiers passait encore, bien qu\’un peu capillotracté. Mais rajouter en plus des complots dans tous les sens au point que l\’on ne comprenne plus qui a fait quoi et qui est qui, une histoire de monde parallèle, une porte vers l\’enfer et le paradis, perdue puis retrouvée et à laquelle manque une clé, des dragons et j\’en passe ont sans doute été les gouttes de trop. Au tout début de l\’histoire, les explications étaient plutôt cohérentes, intéressantes et donnaient envie d\’en savoir plus. Mais plus le récit avançait, plus j\’ai eu l\’impression d\’avoir plongé dans un noeud d\’embrouilles de plus en plus incohérent et moyennement maîtrisé. Les idées de départ étaient intéressantes, mais elles n\’ont pas forcément été très bien exploitées. En plus de certains éléments dont on ne comprendra pas vraiment le sens et l\’utilité : les titres de chapitres en latin (à par que ça fait plus mystérieux, secret, occulte, mais le procédé est tout de même assez moyen…).
La facilité de nos héros à avancer dans leur enquête est, de fait, de plus en plus déconcertante, les rebondissements sont de moins en moins intéressants, les liens entre Nicolas, Violaine, Claire et Arthur bizarres et sans vraiment d\’explication plausible. Le seul personnage auquel j\’aurai réussi à accrocher est Clarence. L\’aboutissement de l\’histoire, quant à lui, n\’est pas vraiment surprenant. Un peu foutraque quoiqu\’un peu plus relevé que ce qui aura précédé, mais sans nécessairement parvenir à laisser le lecteur sur une note positive. La plume d\’Erik L\’Homme reste pourtant fluide et facile à lire, mais manque à certains moments d\’un quelque chose qui aurait pu malgré tout entraîner les lecteurs dans le trip. 
En somme, une trilogie qui avait sympathiquement commencé mais qui se termine, en ce qui me concerne, par une grosse déception. Peut-être d\’autant plus marquée qu\’elle contraste avec d\’autres lectures que j\’avais énormément appréciées de cet auteur et que je conseillerais plus que la présente saga : Le Livre des étoiles et Les Maîtres des Brisants. Quoiqu\’il en soit, des ratés, ça arrive à tous (sans compter la part de subjectivité inévitable de cette critique), j\’espère juste que ma lecture de A comme association sera plus enthousiaste 😉
Appréciation :

Bof…

Un commentaire sur « En des lieux obscurs (Phaenomen tome 3) – Erik L\’Homme »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s